Sur scène, dans les pas des héros de «Solstices»

4e Fête du blé et du painReportage lors de la dernière répétition sans public du spectacle de la 4e Fête du blé et du pain, dont la première des huit représentations aura lieu ce mercredi soir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chaque soir depuis quelques jours, une drôle de métamorphose s’opère dans les couloirs du Collège de Court-Champ à Échallens: Denis Correvon, Stefania Pinnelli et Yasmine Saegesser – trois des quatre auteurs de «Solstices», le spectacle de la 4e Fête du blé et du pain – se retrouvent propulsés en arrière dans le temps. De près de 700 ans.

Jeans, sweat et portables sont remplacés par des chemises amples, des capes et des épées. Ils deviennent ainsi respectivement Baral le guerrier, Aurore l’alchimiste et Lancelin l’inventeur. «Eh oui, dans ma carrière, j’ai joué plus souvent des hommes que des femmes! sourit Yasmine Saegesser en se maquillant les joues en gris pour donner l’illusion des poils de barbe. J’aime les rôles qui transforment.» Sa voix naturellement grave lui facilite la tâche. Quant à la démarche masculine, elle l’a apprise grâce à un truc donné par le chorégraphe du spectacle, Darren Ross: il suffit de glisser une paire de chaussettes enroulées dans son pantalon pour l’adopter.

Pas de simulation par contre pour son compagnon sur scène et dans la vie de tous les jours, Denis Correvon. Sa barbe à lui est bien réelle: voilà deux ans qu’il la laisse pousser en vue du spectacle. Mais encore faut-il arriver à la dompter pour être présentable, ce qu’il fait méticuleusement avec un peigne et de la cire spéciale.

Un spectacle complet

Ces rôles de villageois aventuriers, le trio les a écrits lui-même. Aux côtés de David Deppierraz, le compagnon de Stefania Pinnelli, qui assume le rôle de chef de projet. Et les trois comédiens ne se sont pas ménagés: textes bien sûr, mais aussi chants, danses et combats. Et même une petite balade dans les airs, suspendus au crochet d’une grue, à 15 mètres de hauteur. «Nous voulions un spectacle complet, explique Denis Correvon en laçant ses bottines. Du coup, ça fait deux ans que l’on prend des cours.»

Mais la pression est grande: «L’échelle du spectacle demande déjà de l’endurance psychique, physique et émotionnelle, constate Stefania Pinnelli pendant qu’une coiffeuse lui fixe sa perruque. Mais en tant qu’auteurs, nous avons aussi le stress que tout se passe bien, notamment sur le plan météorologique, puisque nous jouons en plein air.»

Pas de souci pour cette ultime répétition sans public: le soleil est en train de se coucher derrière le Jura en enflammant un ciel limpide. Le trio quitte ses «loges scolaires» pour le parking voisin, où ont été érigés un gradin de 5000 places et une reproduction symbolique du village d’Échallens. Derrière les panneaux en bois, il retrouve les figurants.

Denis Correvon fait un clin d’œil d’encouragement à Christophe Picard, qui joue le prélat et pilote de l’intérieur la tête du dragon. Stefania Pinnelli cache des bouteilles d’eau en divers endroits du décor pour pouvoir s’hydrater pendant l’effort. Yasmine Saegesser échange quelques mots avec ses parents, qui jouent deux villageois. La famille était déjà réunie sur scène lors de la 2e Fête du blé et du pain en 1998. Il y a donc vingt ans… Mais les premières notes jouées par l’Harmonie La Lyre d’Échallens résonnent déjà dans les airs. Le chœur de deux cents chanteurs s’y joint d’une seule voix. C’est parti!

Valeurs bien réelles

Durant deux heures, Aurore, Baral et Lancelin mènent l’histoire de «Solstices». Pour sauver leurs concitoyens de la famine, ils affrontent un troll, un spectre, une nymphe et un dragon. Le conte est fantastique, mais les valeurs qu’il défend bien réelles: égalité hommes-femmes, solidarité et respect de la nature.

Les émotions sont bien présentes, aussi pour les auteurs-comédiens. Stefania Pinnelli a les yeux qui s’embuent lorsqu’elle chante «C’est l’amour des autres qui nous accroche à la vie» en se noyant dans la robe de la nymphe.

Quelques dizaines de minutes plus tard, c’est Baral le farouche guerrier qui a la gorge nouée. «Lorsqu’on revient au village, certains figurants nous serrent dans leurs bras comme si on revenait pour de vrai. Des gens que nous ne connaissions pas il y a un an!» Leur manière de dire merci rend la scène si réelle qu’elle est difficile à jouer.

Encore une bataille et tout le monde se retrouve pour former le tableau final: une sorte de carte postale géante et bigarrée, derrière laquelle est tiré un feu d’artifice. Les lumières se rallument. En l’absence de public, tout le monde s’applaudit et se congratule.

Mais il est tard, il faut encore se changer, se démaquiller et rentrer se reposer un peu. La prochaine fois, le gradin sera plein. Et dans quinze jours, tout sera terminé. «Il nous restera le grand bonheur de tout ce que nous avons partagé, philosophe Yasmine en retrouvant ses habits habituels. Nous garderons en nous ce sentiment d’être devenus une grande famille.» (24 heures)

Créé: 15.08.2018, 06h50

Guide pratique de la fête

La 4e Fête du blé et du pain, c’est… 8 représentations de «Solstices», un grand spectacle médiéval fantastique en plein air du 15 au 26 août.

10 jours de festivités gratuites au cœur du bourg d’Échallens avec des caveaux, des concerts et de nombreuses animations.

4 thématiques particulières durant les week-ends: familles (18.8), cortège et country (19.8), sport (25.8), œcuménisme et folklore suisse (26.8).

Des parkings payants (10 fr.) en raison du manque de places de parc disponibles. En contrepartie, des bus navettes desservent les parkings et le billet pour le spectacle permet de circuler librement sur plusieurs zones Mobilis le jour de sa validité. La ligne du LEB est remise en service sur l’entier de son parcours durant la fête et des trains supplémentaires sont également ajoutés en fin de soirée pour permettre aux spectateurs de rentrer chez eux.

Le site www.echallens2018.ch pour toute information complémentaire ou pour acheter des billets.

Articles en relation

Elle met son cœur et sa poigne au service de la Fête du blé et du pain

Echallens Géraldine Regamey-Mudry est la présidente de la commission spectacle de l’événement challensois. Plus...

S’offrir un pavé gravé au pied du château

Echallens Echallens lance un projet de fresque en pavés. Choix aux souscripteurs pour leur inscription. Plus...

«Solstices» avance pas à pas vers le grand spectacle mi-août

Echallens Reportage aux répétions du spectacle de la Fête du blé et du pain, qui s’intensifient à deux semaines de la première. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...