Passer au contenu principal

Schumacher entre les mains des neurologues du CHUV

«Sorti du coma», l’ancien champion de Formule 1 a été admis hier matin à l’hôpital universitaire vaudois, à la pointe en matière de neuro-rééducation.

I Télé, France Info, la télévision allemande RTL… Pas moins de cinq camions satellites encerclaient le CHUV, hier en fin de journée. Quelques heures plus tôt, la RTS annonçait que Michael Schumacher avait été transféré de Grenoble à l’hôpital universitaire vaudois dans la matinée. Les journalistes fulminent: le CHUV ne commentera pas la nouvelle. «La communication est aux mains de la famille et de leur porte-parole, explique Darcy Christen, chargé des relations médias, invoquant le respect du secret médical et de la sphère privée. «Sa famille est avec lui dans un espace aménagé spécialement pour préserver leur intimité et pour assurer les meilleurs soins possibles», a-t-il encore indiqué à l’AFP. A l’étage de neurologie, ni sécurité particulière ni effervescence, mais un franc mutisme. Les neurologues ont reçu pour consigne de ne pas répondre aux journalistes.

Le transfert du pilote à l’hôpital universitaire vaudois ne s’explique pas seulement par la proximité de son domicile, à Gland. Le CHUV abrite des experts reconnus mondialement en neurologie. A la tête du service: le professeur Richard Frackowiak, pointure chargée du volet médical du Human Brain Project. Débauché il y a cinq ans de Paris et de Londres, ce pionnier a fondé un Département des neurosciences cliniques, qui abrite notamment une section dédiée aux patients comateux. C’est dans cette Unité de neuro-rééducation aiguë que Schumacher est probablement soigné.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.