Au Sleep-In, on y passe aussi en journée

RenensLa structure ouvre désormais ses portes les dimanches et lundis une fois sur deux. Un projet pilote de trois mois assumé par les bénévoles.

L'accueil d'hébergement d'urgence offre une capacité de couchage de 23 lits en réservation, et de 10 lits en urgence

L'accueil d'hébergement d'urgence offre une capacité de couchage de 23 lits en réservation, et de 10 lits en urgence Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Sleep-in à Renens, ce n’est plus que pour dormir. Depuis ce printemps, cette structure d’hébergement d’urgence ouvre ses portes aussi en journée, les dimanches et lundis une fois sur deux. «C’est une offre qui répond vraiment à un besoin, notamment le dimanche, où les personnes en situation précaire ne savent pas où aller se poser. Tout est fermé», explique Benoît Tabin, membre de l’association Sleep-in. L’ouverture en journée, projet pilote d’une durée de trois mois, est assumée de manière bénévole.

Les dimanches et lundis correspondent aussi aux jours où l’Espace, l’accueil de jour et d’orientation que la Ville propose depuis décembre 2012, est fermé. Le Sleep-in ouvre donc ses portes les dimanches de 10'h à 14h et les lundis de 9h à 12h. Une fois sur deux. Il est certes bien trop tôt pour évaluer cette expérience, mais les premiers chiffres de fréquentation sont encourageants: ils étaient une trentaine à avoir répondu à l’invitation les premiers jours, et déjà une cinquantaine le second week-end. «Il y a bien entendu des personnes qui avaient passé la nuit ici, et qui ont prolongé leur présence au Sleep-in dans la foulée, mais pas seulement», détaille Benoît Tabin.

«En journée, nous pouvons enfin nous poser un peu et orienter les gens au mieux»

En journée au Sleep-in, les chambres sont fermées. D’autres prestations sont alors proposées aux personnes démunies qui en poussent la porte. Des cours de français, de l’aide administrative pour rechercher du travail et de l’écoute. Benoît Tabin: «En semaine, nous n’avons pas de temps à consacrer à un tel soutien. En journée, nous pouvons enfin nous poser un peu et orienter les gens au mieux.» Une infirmière est également à disposition, tout comme un écrivain public pour la rédaction de CV notamment, ou un coiffeur qui propose des coupes à une thune. Ce qui attire aussi le public, ce sont les repas de midi offerts le dimanche et le petit-déjeuner le lundi matin. Deux membres de l’association Sleep-in encadrent les différentes activités.

Ce projet pilote devra permettre d’évaluer les besoins en matière d’accueil diurne, sur ces deux jours, à Lausanne comme dans ses environs. À cette fin, la fréquentation et l’usage des prestations proposées feront l’objet d’un monitorage précis. L’association du Sleep-in a été créée en 1993. Sa maison de Malley offre une capacité de couchage de 23 lits en réservation, et de 10 lits en urgence. Il dispose d’une chambre pour les couples et d’une autre pour les familles. Aujourd’hui, l’association compte 14 veilleurs et veilleuses.

Créé: 25.04.2019, 17h46

Articles en relation

Le Sleep-In a 25 ans et ne compte pas disparaître

Précarité La structure d’accueil pour sans-abri organise une rare journée portes ouvertes ce dimanche. Sa destruction est prévue en 2021, mais elle pourrait renaître à Renens. Plus...

«Oui, il y a des contrôles de police près du Sleep-in»

Renens Les autorités de la commune qui héberge la structure d’accueil répondent aux questions sur les sans-abri qui dorment aux alentours. Plus...

«On peut être contrôlés dix fois en une soirée»

Précarité Des dizaines de SDF jouent au chat et à la souris pour dormir autour du Sleep-In de Renens, trop saturé pour les loger. Reportage. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.