Passer au contenu principal

Un soir pour «se faire une vraie idée» de la migration

Un nouveau collectif va faire dialoguer citoyens, politiques et spécialistes de la question migratoire.

Des professionnels de la migration, dont SOS Méditerranée Suisse, seront présents pour échanger sur leur expérience du terrain.
Des professionnels de la migration, dont SOS Méditerranée Suisse, seront présents pour échanger sur leur expérience du terrain.
AP

Permettre à la population de «mieux comprendre ce qu’est la migration». C’est l’objectif du Collectif table ronde (CTR), nouvellement créé, et qui organise une soirée d’échange, jeudi 20 juin de 19 à 21 heures au Palais de Rumine, à Lausanne. «Nous voulons permettre aux gens de discuter, de partager leurs points de vue mais aussi leur donner des informations fiables sur la base desquelles ils pourront se forger une opinion», explique Sadri Banimostafavi, membre du CTR. Cet ancien de Médecins sans frontières avait en effet été frappé, au moment du débat sur les opérations de sauvetage du navire humanitaire Aquarius, par «les sources d’information discutables utilisées par la population pour se faire une idée sur la question».

Jeudi, le CTR entend donc confronter les participants à des «professionnels de la migration», à savoir Médecins sans frontières, SOS Méditerranée Suisse et l’Établissement vaudois d’accueil des migrants. Un élu PS, encore à déterminer, et la présidente du PDC Lausanne, Sandra Pernet, seront aussi présents.

«Nous espérons couvrir la question de la manière la plus complète possible et permettre aux représentants politiques de converser avec les citoyens et de confronter leurs convictions à la réalité du terrain», indiquent les organisateurs. Pourtant, force est de constater que le panel penche à gauche. «Nous n’avons contacté personne du PLR, admet Sadri Banimostafavi. En ce qui concerne l’UDC, Michaël Buffat avait montré un véritable intérêt mais a dû annuler à cause d’une session du parlement à Berne. Le secrétariat du parti n’a ensuite pas trouvé de remplaçant, par manque de disponibilité ou d’intérêt.»

Pour «joindre l’utile à l’agréable», le CTR propose aussi une exposition photo du 21 au 23 juin, sur le thème de la migration, à la galerie Impasse du Phoenix, au Vallon. Composé de huit membres actifs issus de différents milieux socioculturels, le CTR envisage d’autres événements à l’avenir pour «faire réfléchir sur le développement économique et social de Lausanne, du canton de Vaud, voire de la Suisse».

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.