La spiritualité féministe s’épanouit à Lausanne

SociétéUne anthropologue consacre un livre aux «Cercles de femmes» et à leurs rituels. Il en existerait une dizaine en région lausannoise.

L'ouvrage est publié aux éditions L'Harmattan.

L'ouvrage est publié aux éditions L'Harmattan. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À l’heure de #MeToo et de la Grève des femmes, le féminisme ne néglige pas le champ spirituel. Une anthropologue vaudoise, Aurélie Netz, consacre un livre au phénomène des «Cercles de femmes». Autrement dit, des groupes qui se réunissent afin d’exalter le féminin sacré à travers des rituels spécifiques.

La chercheuse a réalisé son exploration de terrain au contact de deux cercles basés à Lausanne. Et ils sont loin d’être les seuls dans la région. «J’en ai recensé environ une dizaine, indique-t-elle. Et à l'échelle de la Suisse romande, ce sont probablement plusieurs centaines de femmes qui pratiquent ce type de spiritualité, notamment en privé.»

Art-thérapie

Les cérémonies, qui peuvent allier tours de parole, activités d’art-thérapie, ou encore chants, rassemblent généralement une poignée de femmes, sans hommes. «J’ai voulu documenter une forme de spiritualité peu connue, tout en étant populaire. On le voit, ne serait-ce qu’au nombre de livres publiés sur le sujet. C’est aussi un véritable marché», commente Aurélie Netz.

Sur internet, quelques sites vaudois proposent en effet des cercles de femmes sur une journée ou une soirée pour quelques dizaines de francs. Dans le programme de ces ateliers, la méditation s’allie aux échanges entre participantes, «dans un climat de confiance», et les thèmes abordés vont du «caractère sacré du corps féminin» au cycle menstruel en passant par l’épanouissement au fil des saisons.

Développement spirituel

«Dans cette spiritualité alternative, le féminin est très valorisé dans la manière dont il est représenté, au contraire de nombreux autres contextes», relève notamment Aurélie Netz. Mais les rituels répondent aussi à une volonté de guérison, notamment la «bénédiction de l’utérus», l'une des pratiques les plus populaires dans les cercles de femmes, non seulement en Suisse, mais à travers le monde.

Ce rite en appelle en effet à la lune pour purifier les énergies négatives stockées dans le corps. Le développement personnel touche alors au spirituel.«Pour certaines participantes, il ne s’agit pas seulement d’une démarche personnelle, mais de sublimer cette énergie féminine pour guérir le monde», observe Aurélie Netz en guise de conclusion.

Créé: 03.01.2020, 08h08

Articles en relation

Nos spiritualités méconnues

Série spéciale Selon un récent recensement, le Canton de Vaud compte près de 800 communautés spirituelles. 24 heures est allé à la rencontre de neuf d'entre elles. Plus...

Les tambours chamaniques résonnent au col du Marchairuz

Nos spiritualités méconnues Au rythme des percussions, ils se connectent aux forces de la nature et à l’esprit des disparus. Rencontre dans les bois pour un «cercle improvisé» avec les néo-chamanes vaudois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.