De quoi stocker trente ans de cendres de Tridel

Oulens-sous-EchallensLes services cantonaux présentaient lundi à Oulens-sous-Echallens leur projet d’installation de stockage définitif

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Où ira-t-on déposer les résidus d’incinération de la centrale Tridel dans trois ans, lorsque les sites de stockage actuels à Ollon et à Valeyres-sous-Montagny seront pleins? Après plusieurs années d’études et de nombreuses comparaisons de sites, le Canton a retenu un site quasi idéal: le lieudit La Vernette, à proximité des villages d’Oulens-sous-Echallens, de Bettens et de Daillens, dans le Gros-de-Vaud.

La légère dépression en plein champ est située à côté d’une sortie d’autoroute et pas très loin de la gare CFF d’Eclépens, où un nouveau quai de déchargement pourrait être construit. Elle reposerait en outre sur un bon socle de molasse. Des conditions favorables qui avaient déjà été décisives pour l’implantation, juste à côté, de l’installation de stockage de déchets stabilisés ISDS Oulens.

Le projet, qui devrait être mis à l’enquête publique dans environ une année, a été présenté lundi aux habitants des villages concernés. S’étendant sur une surface de 426'000 m2 (l’équivalent de quelque 65 terrains de football), il permettrait le stockage de 1,6 million de mètres cubes de résidus d’incinération et de 1,1 million de mètres cubes de résidus de traitement de terres polluées, soit les besoins estimés pour une trentaine d’années.

L’exploitation se ferait, sous la surveillance du Canton, par l’entreprise Orllati basée à Bioley-Orjulaz. Cette dernière avait en effet acquis ces parcelles précédemment dans le but d’y installer des dépôts de terre.

Pratiquement, les terres agricoles seraient décapées par secteurs successifs, le sol creusé, puis étanchéifié. Une fois le casier rempli, un «couvercle» de matériaux sera posé, avant de remettre en place la terre, de rendre le sol à l’agriculture et de commencer la préparation du casier suivant. Chaque exploitation de casier s’étendrait ainsi sur une durée d’environ deux ans et demi et, au final, la décharge se présenterait sous la forme d’une butte aux pentes douces, d’une hauteur maximale de 6 mètres.

«Nous n’avons donc d’autre choix que de devenir la poubelle du canton», a soupiré un participant lundi soir. D’autres étaient moins résignés et se sont vivement inquiétés des nuisances en matière de bruit, d’odeurs ou de poussières. Chef de la division à la Direction générale de l’environnement, Marc Andlauer s’est efforcé à chaque fois de rassurer et de donner des garanties, notamment en se basant sur l’expérience acquise dans l’exploitation des sites d’Ollon et de Valeyres-sous-Montagny. Il a d’ailleurs invité les personnes qui le désiraient à venir constater les nuisances par eux-mêmes lors d’une visite sur le terrain à l’automne prochain.

Dans un souci de transparence, le Canton a également ouvert hier un site Internet dédié au projet (www.lavernette.ch), regroupant tous les documents présentés ainsi qu’une foire aux questions. (24 heures)

Créé: 02.06.2017, 08h58

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...