Des anciens employés dénoncent le style despotique de l’ex-directrice

AquatisAngélique Vallée-Sygut est accusée de «harcèlement». Bernard Russi évoque des problèmes relationnels.

Des témoignages d'anciens employés d'Aquatis dénoncent le côté cassant de l'ancienne directrice, partie en décembre dernier.

Des témoignages d'anciens employés d'Aquatis dénoncent le côté cassant de l'ancienne directrice, partie en décembre dernier. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Elle était peut-être moins à l’aise avec la gestion d’équipe.» Lâchée il y a quelques jours par Bernard Russi, PDG du groupe BOAS, constructeur d’Aquatis, lorsque l’on apprenait le départ de la directrice, Angélique Vallée-Sygut, la petite phrase n’était-elle qu’un doux euphémisme?

Employé à la billetterie et à la boutique de l’aquarium-vivarium lors de l’ouverture en octobre dernier, Romain* en est persuadé. Et il va même encore plus loin. Entre «humiliations, harcèlement moral, mobbing, ambiance malsaine, engueulades et remarques désobligeantes», cet ancien employé d’Aquatis décrit un enfer au quotidien. Imputable, selon lui, à l’ancienne directrice. «Ça s’est mal passé dès le premier jour. Mme Vallée-Sygut, jamais satisfaite, nous passait une brossée quoi que nous fassions. Elle nous mettait une pression pas possible, nous rabaissant sans cesse alors que nous travaillions 11h par jour avec une seule pause de 20 minutes par jour, dénonce Romain, qui n’a pas tenu longtemps à ce rythme. Physiquement et moralement à bout de forces, j’ai écouté mon corps et me suis fait prescrire un arrêt maladie.»

Durant cet arrêt maladie – et comme le permet la loi dans le cadre de période d’essai –, Romain est licencié. «Mais aucun motif ne m’a été indiqué», assure l’ancien employé, convaincu d’avoir fait les frais d’une réorganisation. «Nous avons commencé à huit employés. Mais au vu de la forte affluence des premiers jours, en pleines vacances, nous sommes passés à douze. Lorsque la fréquentation s’est tassée, nous étions de trop.» Licencié le même jour que Romain, Edwin Jahnsen partage l’analyse de son ancien collègue. Ainsi que son ressenti. «De la pression constante aux horaires de dingue en passant par les brimades, j’ai vécu l’enfer, lance ce ressortissant chilien, qui a fait le poing dans sa poche. Avec un enfant à charge et au bénéfice d’un permis C, j’ai tout fait pour conserver ce travail.»

Les témoignages des anciens employés tranchent avec les propos tenus dans nos colonnes par Quentin Delohen, directeur de la plateforme Aquatis (aquarium et hôtel), à propos d’Angélique Vallée-Sygut. «Nous nous sommes quittés en bons termes», assurait-il le 23 mars. Aujourd’hui, il conserve cette ligne: «Je vous fais part de ma grande surprise. Les affirmations que vous citez ne correspondent pas à l’impression que notre ancienne directrice a donnée. Je n’ai pas eu d’écho de tensions entre elle et le reste de son équipe. La séparation, en décembre dernier, s’est bien passée», assure-t-il. Selon lui, aucune restructuration n’a eu lieu une fois le premier rush de visiteurs absorbé. La partie aquarium d’Aquatis compte une trentaine de collaborateurs – 70 au total en comptant l’hôtel et le restaurant – et cet effectif est resté globalement stable. Des «mouvements» ont toutefois eu lieu mais ils sont considérés comme normaux. «Nous respectons la loi et les collaborateurs», déclare Quentin Delohen, sans nier que les exigences sont élevées: «De la pression, oui, il y a en eu. Les enjeux financiers sont colossaux pour un projet financé à 100% par des fonds privés», souligne le directeur de la plateforme.

Une rapide enquête confirme toutefois qu’il y a bien eu des tensions autour de l’ancienne directrice Angélique Vallée-Sygut. Elle a fait preuve de manquements dans les contacts humains. Elle pouvait se montrer cassante envers ses subordonnés. On se souvient que Michel Ansermet, le directeur de l’ancien Vivarium de Lausanne intégré à Aquatis, avait quitté le navire en été 2016. Pour revenir par la suite. Selon nos informations, cet épisode semble bien lié à des difficultés relationnelles avec l’ancienne directrice. Toujours selon nos sources, la pression venait aussi de plus haut dans la hiérarchie. Et tout ne serait pas réglé aujourd’hui.

Brillante dans son domaine
Il apparaîtrait aussi qu’Angélique Vallée-Sygut avait laissé la même impression de difficultés dans ses contacts humains au Musée océanographique de Monaco, où elle a œuvré pendant sept ans comme responsable de projet et comme adjointe au chef du service Aquarium. A Monaco, où on préfère «sensibiliser la population à la cause des océans», on s’abstient de commenter.

Angélique Vallée-Sygut, qui est restée injoignable mardi, a en revanche la réputation d’être une scientifique de haut niveau. Du côté d’Aquatis, elle a montré ses bonnes compétences dans le domaine de la recherche. «Ce qui manquait, c’étaient des qualités dans les relations humaines. J’ai regretté ses problèmes relationnels. Mais elle n’a pas démérité. Sincèrement, elle était brillante dans son domaine. Je confirme qu’elle a démissionné, cela à la suite de discussions qui l’ont amené à comprendre qu’elle serait mieux dans une autre voie», commente Bernard Russi. Selon lui, la fréquentation est conforme aux attentes. Il confirme le chiffre de 200'000 visiteurs en cinq mois alors que l’objectif annuel est de 450'000.


Visite en vidéo d'Aquatis avec son scénographe, Frédéric Ravatin

(24 heures)

Créé: 27.03.2018, 15h37

Articles en relation

La directrice d'Aquatis a quitté le navire

Lausanne Angélique Vallée-Sygut n’est plus en poste depuis le mois de décembre Plus...

«Après le déménagement, les crocodiles m’ont fait la tête durant tout un mois»

Animaux «Cléo» et «Farouche» viennent d’arriver à Aquatis. Ils ont mis du temps à s’acclimater et ont longtemps boudé leur soigneur, Michel Ansermet. Plus...

L’éreintante première journée de Monsieur Aquatis

Lausanne L’ouverture du plus grand aquarium d’eau douce d’Europe en compagnie de Bernard Russi, promoteur du concept. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.