Des subventions à la pelle pour végétaliser les toits de Lausanne

Nature en ville La Ville a encore plus d’un million à dépenser. Elle encourage le mouvement.

Un exemple de toiture végétalisée, au centre-ville de Lausanne, réalisée grâce aux subventions.

Un exemple de toiture végétalisée, au centre-ville de Lausanne, réalisée grâce aux subventions. Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur le toit végétalisé d’un immeuble du centre-ville de Lausanne, la propriétaire des lieux ne cache pas son enthousiasme. «Cela peut faire peur, notamment pour des questions d’infiltration, convient-elle. J’ai franchi le pas il y a un an après avoir convaincu les copropriétaires. Pas de mauvaise surprise, bien au contraire. Et cela ne nous a pas coûté plus cher que si nous avions refait la toiture de façon classique.»

Lausanne a subventionné la végétalisation de dix toits depuis 2015, année de lancement du programme ad hoc. Ces travaux représentent seulement 7,5% de l’enveloppe prévue pour ces initiatives, laquelle s’élève à 650'000 francs pour les bâtiments privés et à 500'000 francs pour les édifices publics. «Nous voulons épuiser ce montant le plus rapidement possible», encourage la municipale Verte Natacha Litzistorf. Pour inciter les propriétaires d’une toiture plate à se lancer, par exemple à l’occasion de travaux de rénovation, la Ville élargit le subventionnement.

La somme allouée par mètre carré ne bouge pas (40 francs) mais les nouvelles directives font passer la surface maximale subventionnée de 300 m2 à 1200 m2. Autre changement: l’aide financière s’applique désormais aussi à la végétalisation entourant des panneaux solaires.

Natacha Litzistorf énumère les bonnes raisons de végétaliser une toiture: isolation thermique du bâtiment, lutte contre les îlots de chaleur, rétention de l’eau lors de violentes précipitations, embellissement, accueil de la biodiversité… «Un petit condensé de projet durable, résume la municipale. La végétalisation extensive des toits contribue à améliorer la qualité de vie et de l’environnement en ville.» Environ 2000 toits seraient végétalisables à Lausanne, selon ses services.

En plus de l’incitation financière, les intéressés bénéficieront des conseils et du suivi de professionnels, parmi lesquels Aino Adriaens. Alors, comment ça marche? «Il faut 12 cm de substrat au minimum. Nous exigeons aussi qu’il y ait au moins 50% de substrat local: graves, brique concassée, tout-venant des chantiers… Les espèces sont des plantes sauvages indigènes adaptées aux toits lausannois, par exemple le petit œillet, la vipérine, le bouillon-blanc ou l’orpin.» Des plantes qui nourrissent et abritent insectes, oiseaux et papillons. «Nous avons fait un suivi botanique sur deux toits végétalisés. On a observé une augmentation du nombre d’espèces, surtout les abeilles sauvages.»

Le prix d’une toiture végétalisée varie franchement d’une entreprise à l’autre, indique Aino Adriaens. «Cela va de 40 fr. à 120 fr. le m2. Pour 80 francs, on a déjà une belle toiture.» L’entretien se fait une ou deux fois par an; il consiste surtout à arracher des plantes invasives. Comptez 4 fr. par m2. Le chef du Service des parcs et domaines, Étienne Balestra, s’empresse de relativiser: «Éviter la végétation sur un toit a aussi un coût.»


Explications et brochure disponibles sous l’onglet «Thématiques» du site de la Ville: www.lausanne.ch (24 heures)

Créé: 22.08.2018, 18h32

Articles en relation

A Lausanne, il y aura des légumes aux balcons

Alimentaire La politique d’agriculture urbaine de la Ville veut faire le lien entre citadins et fermiers. Objectif: le produire local. Plus...

Un potager collectif dédié à la permaculture sort de terre à Pully

Environnement Écologique et participatif, le Jardin des Liaudes prend forme grâce à une mobilisation citoyenne Plus...

Lausanne la sauvageonne pousse en douce

Environnement Les soirées Sauvageons en ville! font découvrir aux participants une «autre nature» en ville Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...