À Lausanne, une voiture sur six est un SUV

TransportsAlors qu’une pétition demande l’interdiction de ce type de voiture en ville, des données inédites permettent de cerner la réalité du parc automobile.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsqu’on se lance dans le sujet des SUV (Sport Utility Vehicle), deux camps semblent se former immédiatement. Il y a ceux qui disent que ces véhicules polluent trop, prennent trop de place et sont dangereux. En face, il y a ceux qui rappellent que certains SUV sont petits, que d’autres sont électriques et que ces véhicules sont spacieux et sûrs. Pas question ici de les départager.

Ce type de véhicule fait l’objet, depuis une dizaine d’années, d’un marketing massif de la part des constructeurs et des vendeurs. Et il est très prisé: en 2018, la moitié des voitures vendues en Suisse étaient des SUV. Une journaliste de la RTS a mené l’enquête et publié un article intitulé «Quand les garagistes vendent en priorité des SUV». En jouant les clientes indécises, elle s’est vu proposer ce type de voiture uniquement, dans cinq des neuf garages visités. Dimanche dernier, la «SonntagsZeitung» publiait les premières données sur les SUV en Suisse. Nous avons analysé ces chiffres pour Lausanne, où une pétition veut interdire les gros SUV et les 4x4 des rues.

La mode lausannoise

Sur les 51'300 voitures immatriculées à Lausanne, 7854 sont des SUV (15,8%), selon notre analyse. Cette proportion est plus basse que dans le reste du canton de Vaud, où presque une voiture sur cinq est un SUV (18,91%). Elle est toutefois plus haute que dans la plupart des grandes villes de Suisse (voir l'infographie ci-dessous).

Quels sont les modèles préférés des Lausannois? Les SUV de couleur grise, ceux à cinq places et les diesels sont les plus répandus. Le plus populaire est le VW Tiguan, avec 599 propriétaires habitant la commune. Puis viennent les Nissan Qashqai (435 voitures) et les Audi Q5 (368 spécimens).

C’est la marque Audi qui compte le plus d’adeptes avec 871 SUV enregistrés à Lausanne. Un tiers des propriétaires ont choisi des modèles de luxe selon notre classement, dont une majorité de BMW, d’Audi ou de Mercedes-Benz. «C’est une région qui compte beaucoup d’entreprises internationales et de hauts revenus, c’est normal», analyse François Launaz, président d’Auto-Suisse. «C’est un peu devenu une manière de se mettre dans sa bulle tout en affichant un statut», estime Sylvain Croset, auteur de la pétition et sympathisant Vert.

Les raisons d’un succès

Patrick Rérat, professeur à l’Institut de géographie et durabilité, spécialiste de la mobilité, estime que le grand succès des SUV est une «tendance de fond qu’il faudrait infléchir. La fuite en avant des constructeurs qui continuent à en produire et à en proposer toujours davantage est le plus grand facteur d’explication de leur succès.»

Mais faut-il vraiment combattre les SUV? Le professeur Rérat pense qu’en ville, du moins, «les nuisances sont indéniables». Pour lui, l’avènement des SUV s’explique par un mélange de sentiments. Ils offriraient «de la place, de la facilité, de la surélévation et de la sécurité». Or ce dernier point s’avère «plus subjectif qu’objectif», selon le scientifique.

Plus sûr?

Le quotidien britannique «The Guardian» l’écrivait début octobre: un conducteur a 11% de chances en plus de mourir au volant d’un SUV que dans une voiture classique. D’une part parce que ce type de véhicule engendre l’illusion de la sécurité et donc une conduite plus risquée, mais aussi parce que sa hauteur de calandre double les risques de voir le véhicule se retourner. Le président de l’Association transports et environnement (ATE), David Raedler, ajoute que ces véhicules sont «plus dangereux pour tous les autres usagers de la route: cyclistes, piétons, mais également conducteurs et passagers de voitures de taille moyenne».

Le psychologue de la circulation interviewé par la «SonntagsZeitung», Uwe Ewert, n’est pas d’accord. «Lorsque vous êtes à vélo, que la collision se produise avec un SUV ou un véhicule plus léger importe peu. Le plus important est la vitesse de collision, c'est-à-dire la vitesse à laquelle vous vous heurtez.» Le TCS relativise: «Un SUV moderne obtient [...] un meilleur score aux crash-tests Euro NCAP qu’une citadine d’il y a dix ans, notamment pour la protection des piétons et des occupants.»

Pas si polluants?

Autre problème, selon les spécialistes de l’énergie, les SUV polluent plus que des voitures classiques conçues à notre époque. Évidemment, il faut encore préciser que certains consomment bien moins que d’autres. Sans compter qu’il y en a des électriques. Mais ils sont majoritairement plus polluants.

Types de carburant

Pour le parc lausannois, au niveau de l’efficacité énergétique, le bilan est peu reluisant: 80% des SUV lausannois sont classés dans les trois catégories les moins bonnes, et 42% dans la pire (G). Dans ce parc, 82% des véhicules émettent des émissions de CO2 supérieures à 130g par km, soit la prescription actuellement en vigueur pour les nouveaux véhicules en Suisse. Et lorsque ce seuil sera passé à 95g, le 1er janvier 2020, 95% des SUV lausannois le dépasseront.

L’agence internationale de l’énergie a révélé le mois dernier qu’ils sont, depuis 2010, le deuxième plus gros contributeur à l’augmentation des émissions de CO2. Devant l’industrie lourde et l’aviation, derrière la production d’énergie. «Même si certains SUV actuels polluent moins que de vieilles voitures, ce n’est pas à ça qu’il faut les comparer. Mais à ce qu’on pourrait acheter aujourd’hui de bien moins polluant», souligne Patrick Rérat.

Partager l’espace

Le socialiste Benoît Gaillard compte demander des précisions aux autorités lausannoises. D’une part, «il serait intéressant de connaître, si c’est possible, le profil des véhicules qui circulent à Lausanne et non pas que ceux qui y sont immatriculés». D’autre part, le conseiller communal interroge la place qu’occupent les grands SUV sur le territoire public. «Parce qu’il n’y a pas que la place de son garage, que le propriétaire d’un véhicule de ce type prend. Dans l’espace public, c’est un volume que d’autres n’ont pas.» Plus précisément, hors circulation, Benoît Gaillard se demande si les places de stationnement nouvelles ont tendance à gonfler en fonction de la taille générale des véhicules.

Places de parc plus larges

Le TCS précise qu’un SUV «occupe le même espace qu’un véhicule familial de type monospace». Et que les voitures tendent de façon générale à grossir. Il en prend pour exemple les VW Polo, plus grandes aujourd’hui que dans les années 80. «Moi je ne dépasse jamais les lignes blanches quand je suis parqué», tient à préciser François Launaz. Mais il concède: «C’est bien possible que la taille des places augmente, pour plus de confort. Surtout si la tendance des grandes voitures se confirme. Mais ça, je ne le sais pas.» Des parkings aux places plus larges existent déjà.

Les versions lausannoises pèsent en moyenne 1,7 tonne. Soit 300 kilos de plus qu’une voiture traditionnelle. «Ces voitures offrent beaucoup de place, estime François Launaz. C’est très pratique pour les sportifs, les familles. Et pour une femme qui a ses courses, ses enfants et encore une poussette!»

Créé: 07.12.2019, 08h26

Qu’est-ce qu’un SUV, au juste?

Plus haut? Plus gros? Plus lourd? Plus polluant? En Suisse, il n’existe pas de définition officielle de ce qu’est un “SUV” (Sport Utility Vehicle). Pour les concessionnaires, il se définit par sa forme, par son volume, voire par son confort. La plupart des SUV sont des 4x4, mais pas tous: 20% des SUV lausannois ne sont pas équipés de la traction intégrale. Les SUV se distinguent par leur poids: à vide, il est de 1450 kg pour l’ensemble du parc des voiture de tourisme, et de de 1750 kg pour les SUV, soit une différence de 300 kg, ou 4 personne de 75 kg.

Pour calculer le nombre de SUV en Suisse, nous avons croisé les données des véhicules de l’Office fédéral des routes (état au 1er février 2019) avec une liste de modèles SUV établie par l’Office fédéral des transports allemand. Elle regroupe les 117 modèles de SUV et véhicules tout-terrain les plus populaires selon des critères visuels, techniques et commerciaux. Nous y avons ajouté les tout-terrain de luxe de Maserati, Lamborghini, Cadillac et Rolls Royce.

Les voitures dont le propriétaire réside à l’étranger ont été exclues de l’analyse. Les voitures enregistrées par des entreprises sont inclues.

Nous avons aussi effectué un classement des SUV “de luxe”, avec les modèles associés à cette catégorie par la presse spécialisée.

Articles en relation

Une pétition pour interdire les gros 4x4

Lausanne Taxés de plus polluants, plus grands et plus énergivores, ces véhicules sont très prisés des Suisses. Un Vaudois veut les interdire. Plus...

Dans quelles communes trouve-t-on le plus de Tesla?

Voiture Omniprésent dans les médias, Tesla représentait moins de 0,2% des voitures de tourisme sur l'arc lémanique en 2018. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.