La technologie de l’EPFL rayonne sur l’Ecole internationale de Copenhague

ÉnergieDouze mille panneaux solaires développés par l’EPFL vont recouvrir la nouvelle Ecole internationale de Copenhague. Plus de la moitié de ses besoins en électricité sont couverts.

L’Ecole est «l’un des cinq bâtiments à énergie solaire qui changeront l’architecture», selon le site Mother Nature Network.

L’Ecole est «l’un des cinq bâtiments à énergie solaire qui changeront l’architecture», selon le site Mother Nature Network. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec ses 12 000 panneaux solaires, l’Ecole internationale de Copenhague arbore la plus grande façade du genre au monde. L’installation produira annuellement 300 MWh d’électricité, soit plus de la moitié des besoins en énergie de l’institution danoise, dont le campus compte quelque 900 étudiants. Le site Mother Nature Network a déjà décrit cet édifice comme «l’un des cinq bâtiments à énergie solaire qui changeront l’architecture».

Il aura fallu douze ans de recherches pour parvenir à mettre au point ces panneaux photovoltaïques à la teinte si particulière. Parmi les différentes manières de produire une couleur, l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en a choisi une qui passe par un phénomène d’interférence. Il s’agit d’une manifestation observable notamment sur certaines ailes de papillons ou sur un film d’huile à la surface de l’eau. «Vous avez cet effet irisé, cet arc-en-ciel coloré qui se forme sur une couche très mince, explique Jean-Louis Scartezzini, directeur du Laboratoire d’énergie solaire et physique du bâtiment (LESO-PB). Nous travaillons sur le même mécanisme, que nous maîtrisons, pour le verre.»

Une échelle nanométrique

Pour pouvoir colorer un panneau solaire sans qu’il perde en efficacité énergétique, les chercheurs déposent des filtres en couches nanométriques sur sa surface vitrée. Ainsi, ils peuvent choisir les longueurs d’ondes réfléchies de la lumière, donc la teinte du panneau photovoltaïque, tout en orientant le rayonnement solaire pour qu’il soit converti en énergie. Le panneau n’est du coup pas seulement une merveille de technologie, mais un élément d’architecture à part entière. Deux brevets ont été déposés pour protéger le procédé et les panneaux solaires colorés sont désormais produits de manière industrielle en grands formats.

Andreas Schüler, adjoint scientifique au LESO-PB, qui mène le projet depuis le premier jour, mesure le parcours accompli. «Faire des échantillons de teintes homogènes était difficile, confie-t-il. Une déviation de 5 nanomètres suffit pour modifier la couleur…» Mais grâce à une étroite collaboration avec Emirates Glass, SwissINSO (une spin-off de l’EPFL) a pu parvenir à ses fins en produisant les verres colorés destinés au Danemark. (24 heures)

Créé: 11.02.2017, 13h29

Articles en relation

Les panneaux solaires qui défient la neige

Energie Un entrepreneur installé en Valais propose un système permettant de déneiger aisément les capteurs. Plus...

Les fabricants de panneaux solaires suent

Energie Les mauvaises nouvelles s'enchaînent pour les spécialistes du secteur, mis sous pression par des surcapacités et une compétition accrue. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.