Des tombes énigmatiques à l’église de Daillens

ArchéologieTrois sépultures intrigantes ont été mises au jour sept ans après la découverte de peintures du XIVe s. exceptionnelles.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Décidément, les quelques mètres carrés de l’ancien chœur de l’église de Daillens n’en finissent pas de surprendre les archéologues. Sept ans après la mise au jour d’exceptionnelles peintures murales du XIVe siècle, des travaux d’aménagement du sol du local ont révélé la présence de tombes particulières: elles contenaient notamment deux squelettes d’enfants, un cercueil en plomb et une paire de chaussures en cuir dans un état de conservation inhabituel. «Ces éléments peu courants nécessiteront de faire appel à des moyens techniques importants et mobiliseront pas mal de réflexions, prédit l’archéologue cantonale, Nicole Pousaz. Cela prend l’aspect d’une véritable enquête policière.»

Local à assainir

Le local situé à l’arrière de l’église du village du Gros-de-Vaud a été désacralisé lors de la Réforme. Après que ses murs ont été recouverts de peinture à la chaux, il a eu diverses utilisations, dont celle de local de séchage pour les tuyaux des pompiers. Ce sont les travaux d’aménagement de l’ancien chœur pour permettre aux visiteurs d’admirer les peintures – désormais stabilisées et protégées – qui ont déclenché les nouvelles recherches archéologiques. «Notre but est d’assainir le local pour pouvoir ensuite le mettre à disposition de la communauté», explique Jacky Chiovini, trésorier de la Fondation pour la rénovation du chœur de l’église de Daillens. Les travaux devraient s’achever d’ici à la fin de l’année, mais plus de 200'000 francs restent à trouver.

Atmosphère humide

Pour rendre le local utilisable, le sol devait être abaissé d’une trentaine de centimètres. Des sondages avaient révélé la présence des tombes, mais le déblaiement de la terre avant Noël a permis d’en découvrir un peu plus. «La présence de sépultures a cet endroit n’est pas surprenante, reprend Nicole Pousaz. Mais des interstices entre les dalles nous ont permis de détecter la présence de restes organiques et de ce cercueil en plomb qui justifiaient des fouilles plus approfondies.»

«Cela prend l’aspect d’une véritable enquête policière»

En effet, si l’atmosphère froide et humide qui régnait dans le local a contribué à la dégradation des peintures murales, elle a au contraire préservé les vestiges enfouis dans le sous-sol. «Normalement, des éléments organiques comme ces chaussures en cuir se dégradent et disparaissent.»

L’archéologue cantonale a donc mandaté le bureau Archéotech SA pour mener une campagne de fouilles d’une durée approximative d’un mois, un chantier pouvant être financé par le budget courant du service. Plusieurs pièces, comme le cercueil en plomb ou les squelettes d’enfants, ont déjà été prélevées et emmenées pour être étudiées dans de meilleures conditions. «Plusieurs de ces objets ont le potentiel pour pouvoir être présentés un jour au Musée cantonal d’archéologie», précise Nicole Pousaz.

Interdit au public

Les spécialistes estiment que les sépultures les plus récentes datent de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle, mais elles contiennent d’autres ossements de précédents défunts. Les recherches, et notamment les datations absolues, permettront de déterminer si des mises en terre ont eu lieu après la désacralisation du chœur. Cela rendrait ces découvertes encore plus intrigantes. En sus, lors de notre visite, lundi, sur ce site encore inaccessible pour le public, une des tombes restait à ouvrir. (24 heures)

Créé: 29.01.2015, 07h17

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...