La friche urbaine de Malley va prendre de la hauteur

UrbanismePrilly, Renens, les CFF et Lausanne ont présenté hier leur vision des alentours de la halte CFF. Les premières pièces d’un puzzle qui formera une image complète en 2022.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n’y eut d’abord que la halte CFF, en 2012. Seule construction neuve au nord d’une plaine de Malley en friche, n’était la présence du Théâtre Kléber-Méleau, de la déchetterie intercommunale et de quelques entreprises. Mais «Malley s’éveille», disent le slogan et le film présentés hier à la presse et au public. Ce gros morceau de l’agglomération lausannoise, 83 hectares, sera méconnaissable en 2022. Le fruit d’un long travail entre deux communes, Prilly et Renens, mais aussi les propriétaires du sol, Lausanne et les CFF.

Cliquer pour agrandir

Ces terrains vagues au sol pollué sont appelés à devenir le centre du Grand-Lausanne. Les axes de transports publics y convergent déjà. Au sud, il y a le métro M1, alors qu’au nord la halte CFF sera desservie au quart d’heure dès 2020. Quant au tram T1, une fois sorti du pétrin des procédures, il devrait relier le Flon à la gare de Renens, d’ici à la fin de la décennie. Un arrêt au Galicien est prévu.

Les CFF construisent
Le plan de quartier Malley-Gare est mis à l’enquête publique jusqu’au 26 février. Il s’agit de la première procédure publique touchant la vaste mutation que s’apprête à subir la plaine de Malley. «Cela va donner l’élan aux projets qui suivent», espère le syndic de Prilly, Alain Gillièron.

Il revient aux CFF de construire sur ce rectangle de 16 000 m2, flanqué au sud de la halte Prilly-Malley. Pour l’instant, l’ex-régie n’est propriétaire que de 6000 m2. Mais une convention a été signée avec la Ville de Lausanne. Cet accord couche sur le papier un échange de terrains constructibles: les CFF cèdent les 22 000 m2 nécessaires à la réalisation du Pôle muséal à la gare de Lausanne contre 10 000 m2 à Malley. La transaction est estimée à 34 millions. Elle devrait être effective cette année.

Le plan de quartier fixe des gabarits à une hauteur maximale de 76 mètres pour les bâtiments. Les CFF prévoient d’investir 200 millions, pour une surface plancher de 52 500 m2. «Nous devons créer un projet rentable», précise Susanne Zenker, responsable du développement aux CFF. Près de 25 000 m2 seront dévolus à des bureaux et 7000 m2 reviendront aux commerces. Les 20 000 m2 restants seront répartis en quelque 200 logements. L’investisseur ne sait pas encore s’il s’agira de location ou de PPE. Mais il prévoit une grande mixité dans la taille des appartements.

Pour agrémenter la qualité de vie du quartier, deux places devraient voir le jour. L’une servira de parvis à la halte CFF de Malley, alors que la seconde sera un square entre les deux blocs d’immeubles, à la hauteur du futur passage sous-voies. Puisque le site est bien desservi par les transports publics, seules 340 places de stationnement sont prévues, contre 700 places pour les vélos.

Collé aux voies de chemin de fer, le complexe devra composer avec des nuisances sonores et des normes de sécurité liées au transport ferroviaire. «Les bâtiments Malley-Gare auront un rôle protecteur pour le quartier qui sera construit plus au sud», lance Susanne Zenker pour expliquer le ratio logements-bureaux, qui fait la part belle à ces derniers. Le début des travaux est espéré pour 2018 avec une remise des clés en 2021.

Prilly et Malley Lumières s’élèvent
Le nord des voies CFF n’est pas en reste, mais fait l’objet d’une procédure distincte. Après Bussigny, Lausanne et Chavannes, c’est Prilly qui se lance dans un projet de tour. Et pas des moindres: la construction pourrait atteindre 100 mètres de haut et pousser entre l’entrée de Malley Lumières et le viaduc du Galicien. Pas un mot actuellement sur son ou ses promoteurs. Ni sur le visage que pourrait avoir cette construction. Avant de la réaliser, la Municipalité devra passer ce plan partiel d’affectation devant son Conseil communal – d’ici à la fin de cette année. «Si tout va bien, la procédure se fera en 2016 et la construction dès 2017», estime Alain Gillièron.

[VIDEO] Syndic de Prilly, Alain Gillièron défend la tour

Malley Lumières, construit en 2001, fait aussi partie du projet. Il est prévu de rehausser fortement le bâtiment: 50 mètres de plus. Afin de pouvoir y créer «des logements pour étudiants», précise le syndic de Prilly.

L’écoquartier lausannois, en 2022
Bien que situé sur les communes de Renens et de Prilly, le périmètre dit du Gazomètre est la propriété de la Ville de Lausanne. Ces 65 000 m2, qui recouvrent notamment les anciens abattoirs, font l’objet d’un plan de quartier qui sera mis à l’enquête publique l’année prochaine. «Nous avons une petite année de décalage avec les CFF, note Elinora Krebs, cheffe du Service du logement de Lausanne. Mais l’idée est d’aller assez vite pour que le quartier soit complètement construit en 2022.» La Ville veut passer par des investisseurs institutionnels pour réaliser un écoquartier de 650 logements, devisés à 400 millions de francs. Ceux-ci devraient se répartir équitablement entre loyers libres, contrôlés et subventionnés. «C’est un projet que nous développons en parallèle à l’écoquartier que nous planifions aux Plaines-du-Loup», relève Elinora Krebs.

Pour assurer une vie de quartier, 36 000 m2 seront réservés à des activités diverses, comme des écoles, des commerces ou de l’artisanat. Mais, au préalable, le sol devra être dépollué. Le site a accueilli la production de gaz de Lausanne durant de longues décennies. La Ville espère faire payer cette opération aux investisseurs.

Créé: 04.02.2015, 23h47

Articles en relation

Le projet de patinoire à Malley se précise

Urbanisme Les Conseils communaux de Lausanne, de Renens et de Prilly ont accepté l’augmentation du cautionnement des emprunts pour la réalisation du complexe sportif. Plus...

Le futur visage de Malley Centre dévoilé

Lausanne Le concours d’urbanisme qui visait à dessiner le cœur de Malley s’est achevé. Les lauréats, un bureau d’architectes lyonnais, prévoient de faire la part belle aux parcs et à la culture. Plus...

Les rêves et la réalité des tours du Grand-Lausanne

Agglomération Les édifices prévus dans la région sont disséminés sur le territoire. Pourquoi? Est-ce une bonne idée? Plus...

Les tours, pour le meilleur et pour le pire

Rétrospective 2014 En 2014, le oui à la tour de Chavannes et l’échec de Taoua ont marqué les esprits. La problématique de la densification figure en toile de fond. Plus...

Au sol, Prilly revoit la mobilité autour du quartier

Le syndic de Prilly, Alain Gillièron, n’a pas que des envies de hauteur. Au-delà de la tour de 100 m de hauteur annoncée hier, il propose aussi de sérieux travaux et aménagements dédiés à la mobilité. Des éléments distincts qui feront l’objet de votes au Conseil communal de la ville. L’avenue du Chablais, qui borde à l’est le quartier, sera réaménagée (les spécialistes disent «requalifiée»). Pour que les transports publics y circulent à leur aise, mais aussi pour que l’avenue soit adaptée aux points d’accès du futur quartier.

Au nord des voies, c’est le viaduc qui pourrait subir une grande transformation en étant prolongé. Une façon d’unir le nord et le sud du quartier et de favoriser l’accès à la nouvelle patinoire. La cause? Le projet de tram entre Renens et Lausanne, pour l’heure bloqué par des oppositions. «L’emprise du tram sur la route impliquait la construction d’un mur de soutènement de 12 m de haut le long du viaduc actuel, explique Alain Gillièron. Nous avons dit non!» Pour consolider le pont, la Commune a donc choisi de proposer sa prolongation sous une forme moderne.

Un peu plus bas, entre la patinoire et Malley Lumières (vers l’entrée ouest du parking souterrain), un nouveau passage sous les voies CFF pourrait aussi être construit. «On entrerait à Prilly et on ressortirait à Renens», plaisante Alain Gillièron. Le franchissement serait dédié à la mobilité douce. Un accès aux quais de la halte CFF de Prilly-Malley est envisagé. Le passage serait un autre point d’entrée dans le futur quartier. Le syndic espère forcément qu’il soit prêt en 2020, avant les Championnats du monde de hockey de mai (la Suisse est candidate), et pour les Jeux olympiques de la jeunesse en 2020 (pour autant que Lausanne soit désignée le 31 juillet prochain). Mais, là aussi, Prilly ne tient pas son destin en main. «Nous dépendons du saut-de-mouton des CFF.»

Cette voie ferroviaire surélevée de 1 kilomètre de long, qui permet l’accroissement du trafic CFF, sera construite dès 2018 à cet endroit. Les deux chantiers sont donc liés.

Agenda

2015 Légalisation du plan de quartier
et accord foncier de Malley-Gare/Plan partiel d’affectation pour la tour de Prilly.
2015-2016 Concours d’architecture.
2016 Plan de quartier du Gazomètre (propriétaire: Lausanne).
2017 Début de la construction de la tour de Prilly.
2016-2018 Etude du projet et permis de construire.
2018-2021 Construction CFF.
2022 Fin de la construction du sud du quartier.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.