Passer au contenu principal

Le tram est miné par son héritage politique

Empêtrée dans des procédures judiciaires, l’infrastructure est à l’arrêt. On accuse la classe politique des années 2000 d’avoir manqué de vista et d’avoir été trop «mégalo».

Les futures lignes de transports publics.
Les futures lignes de transports publics.
Philippe Forney

«Si nous perdons au Tribunal fédéral, je remettrai à zéro les mesures d’accompagnement pour ne pas bloquer la construction du tram.» Nuria Gorrite, conseillère d’État chargée des Infrastructures, ne veut cependant pas encore déposer les armes qu’elle brandit pour défendre le tram Lausanne-Renens. Le projet est en ce moment suspendu à un dernier recours possible avant de pouvoir être construit comme prévu. Ou totalement repensé, et renvoyé au-delà de 2025. Tant que le couperet ne sera pas tombé – ce sera le cas dans les douze mois à venir –, la classe politique dans sa quasi-totalité défendra ce projet.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.