Traquer les réflexes racistes en traversant Lausanne

PréventionEducation21 propose une balade aux enseignants durant laquelle ils pourront démontrer le mécanisme de la discrimination.

Pour Susanne Paulus (à g.) et Valérie Jilli, la promenade, qui débute sur la place de l'Europe, provoque une manière d’échanger différente et génère des discussions fructueuses.

Pour Susanne Paulus (à g.) et Valérie Jilli, la promenade, qui débute sur la place de l'Europe, provoque une manière d’échanger différente et génère des discussions fructueuses. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Aristote était la risée de ses congénères quand il donnait la leçon en marchant, traînant dans son sillon ses disciples attentifs. Le modèle a pourtant fait des émules: apprendre en mouvement, en quittant les bancs, la classe et la théorie, porte ses fruits. C’est ce que proposent Susanne Paulus et Valérie Jilli, responsables de projet à Education21, fondation qui fournit des ressources autour du développement durable aux professionnels de l’éducation. A l’occasion de la Semaine lausannoise d’actions contre le racisme (16 au 21 mars), elles ont mis sur pied une promenade interactive à travers la ville pour décortiquer les mécanismes de la discrimination.

«On aborde souvent le racisme de manière culpabilisante, explique Susanne Paulus. Or c’est une problématique de société qu’il faut analyser en contextualisant l’émotionnel. Même les personnes sensibilisées peuvent avoir des réflexes racistes. L’important est de s’observer dans ce réflexe.» Dans quels stéréotypes enferme-t-on les gens? A quel groupe a-t-on l’impression d’appartenir? A quel moment ressent-on l’exclusion? Par l’observation de soi et des autres, par des jeux de rôle et des échanges entre «promeneurs», les deux formatrices veulent amener les enseignants à prendre du recul en cinq étapes géographiques et réflexives.

Observation et réaction

Au Flon, où débute la promenade interactive, il s’agira d’observer les identités multiples qui se croisent et parfois se rencontrent. «Il faut commencer par ouvrir les yeux», résume Valérie Jilli. Le long du Petit-Chêne, les participants seront invités à lister les stéréotypes suisses croisés là, et à réfléchir à l’utilité – et au revers – de telles catégorisations. Le thème de l’exclusion sera traité à la gare, lieu de toutes les arrivées, plus ou moins bien accueillies. Puis, une halte au parc de Milan permettra d’échanger ses expériences et de lister des pistes d’intervention face à des situations de racisme ou à des propos racistes.

La balade à travers Lausanne, qui peut être transposée ailleurs, s’adresse a priori à des élèves adolescents. «C’est un âge où il est compliqué de savoir à quel groupe on appartient, si notre identité correspond à l’étiquette qu’on nous donne», explique Susanne Paulus. C’est aussi un âge où certains adhèrent sans faille à des idéologies dont ils ne voient parfois ni les contradictions ni les motivations.

«C’est en les éduquant à la diversité, en sortant de papa conduit, maman fait la cuisine, que la diversité finira par devenir la normalité»

Les formatrices ne prétendent toutefois pas que c’est à cet âge-là que l’on «devient» raciste ou capable de discrimination. «Les petits ont un fort besoin de catégorisation, rappelle Susanne Paulus. C’est en les éduquant à la diversité – en sortant de papa conduit, maman fait la cuisine – que la diversité finira par devenir la normalité.»

Car si elle s’inscrit dans la Semaine d’actions contre le racisme, la promenade proposée par Education21 se veut un rempart contre toute forme de discrimination (genre, religion, génération, handicap, orientation sexuelle…), rappellent les responsables. «Le but est de se questionner, de prendre du recul, en prenant la place d’un observateur, d’une victime et d’un auteur, explique Valérie Jilli. C’est aussi l’occasion de rappeler les valeurs d’une démocratie et les droits humains.»

Promenade interactive Me 16 mars 13 h 30-17 h 30. Ouverte aux professionnels de l’éducation, sur inscription. www.education21.ch

Créé: 14.03.2016, 07h30

10e Semaine d’actions contre le racisme

La 10e édition de la Semaine lausannoise d’actions contre le racisme met l’accent sur la jeunesse. Du 15 au 21 mars, une vingtaine d’activités gratuites se déroulent à Lausanne.

Florilège:

Débat autour de la question «Le racisme chez les jeunes, quelles réponses politiques?» avec les représentants des Jeunes PS, PLR, UDC et Verts (ma 19h-20h30, Pôle Sud, et en podcast sur www.django.fm). Formation sur la communication interculturelle et la discrimination par le biais de l’expression corporelle (me 13h-17h et sa 10h-14h, Espace Dickens). Contes et histoires sur le thème de la différence(me, je, sa dans différentes garderies et bibliothèques, tout public).

Colloque sur l’action contre les inégalités dans l’espace urbain comme outil de prévention du racisme des jeunes, avec des spécialistes de Suisse et de France (ve 13h30-17h, Hôtel Alpha-Palmiers, sur inscription à bli@lausanne.ch). Atelier de décryptage d’images et de décodage de clichés destiné aux 11-17ans pour comprendre les mécanismes discriminatoires (ve 18h-20h, La Pagode, Vallée de la Jeunesse).

Foot-billard et foot-tennis entre équipes multiculturelles (ve, sa, di, place de l’Europe). Trois étudiantes musulmanes parcourront les rues (me, ve et sa) armées de feuilles blanches pour recueillir les préjugés des Lausannois envers les musulmans. Une action symbolique et collective propose aux Lausannois de faire tenir un maximum de personnes sur un minimum de surface(lu 13h-13h30, place de la Palud). Le même défi peut être relevé tout au long de la semaine sur les réseaux sociaux (#lausannecontreleracisme) et sur Instagram (igerslausanne.com). Lancée à l’occasion de cette 10e édition, la charte «Lausanne plurielle et engagée» peut être signée par tout un chacun.

Tout le programme www.lausanne.ch/bli

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...