Des travailleurs sociaux pour pacifier les nuits lausannoises

SécuritéLes autorités veulent s’inspirer du modèle zurichois des SIP pour désamorcer les tensions durant le week-end auprès des jeunes, avant la tombée du jour.

(De gauche à droite)Oscar Tosato, Stéphane Caduff, Pierre-François Godio, Kevin Quaresma, le professeur Jean-Bernard Daeppen, Marc Vuilleumier et le capitaine Stéphane Dumoulin.

(De gauche à droite)Oscar Tosato, Stéphane Caduff, Pierre-François Godio, Kevin Quaresma, le professeur Jean-Bernard Daeppen, Marc Vuilleumier et le capitaine Stéphane Dumoulin. Image: Philippe Maeder

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après la répression, la prévention. C'est le mot d'ordre exprimé par Grégoire Junod, municipal de la police à Lausanne, à la tribune des premiers états généraux de la nuit, ce mercredi soir. Il a ainsi dévoilé son second train de mesure, après celles édictées pour les discothèques: la création d’une brigade de travailleurs sociaux pour désamorcer les conflits à la nuit tombée.

Pour ce faire, Lausanne veut s’inspirer de l’expérience zurichoise des brigades SIP (Sécurité - Intervention - Prévention). Des travailleurs sociaux qui arpentent les rues en uniformes mais qui n’ont aucune compétence de police. «Notre seule arme, c’est la parole, explique Marylise Schiesser, collaboratrice à la ville de Zurich. Nous veillons à la bonne cohabitation dans les espaces publics.»

Plus de 50 personnes composent la SIP de Zurich. Son budget annuel dépasse les 3 millions de francs. Pour Lausanne, il faudrait adapter le dispositif. Grégoire Junod: «Les missions de la SIP sont très larges. Nous réfléchissons à un dispositif plus léger, ciblé sur les jeunes et la vie nocturne qui se déploierait en fin de semaine, dès les fins d’après-midi. L’idée est d’intervenir bien en amont.» Ce dispositif pilote pourrait faire partie d’un prochain préavis préparé conjointement avec son collègue Oscar Tosato, municipal de la jeunesse. L’Observatoire de la sécurité est chargé de le rédiger. Sous réserve de l’accord de la Municipalité puis du Conseil communal, une expérience pilote de deux ans est envisagée.

Créé: 21.11.2013, 15h03

Dossiers

Articles en relation

Le D!club renonce aux soirées hip-hop le samedi

Nuits lausannoises Après la grosse bagarre devant son établissement, le patron du D! Club prend des mesures et appelle à un débat de fond. Plus...

Les Lausannois se battent pour leurs nuits

Clubs Le monde de la nuit s’est réuni vendredi soir pour manifester contre les restrictions imposées aux clubs. Plus...

La salle était comble pour les Etats généraux de la nuit lausannoise. (Image: Philippe Maeder)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.