La troisième génération de Gonin met en scène la Revue de Thierrens

OrzensGilles Gonin rejoint son père, André, et son grand-père Auguste dans la liste des contributeurs de la revue du FC Thierrens.

Gilles Gonin (à d.) met en scène son papa, André, et ses amis dans la Revue de Thierrens.

Gilles Gonin (à d.) met en scène son papa, André, et ses amis dans la Revue de Thierrens. Image: PHILIPPE MAEDER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cette année, la Revue de Thierrens s’est offert un «vrai» metteur en scène. «Résultat, on travaille plus que d’habitude, particulièrement le jeu de scène», confirme Hervé Freiss, un des piliers du rendez-vous humoristique annuel du FC Thierrens. «C’est la première fois de l’histoire de la Revue qu’avant les répétitions, au lieu de boire un coup de blanc, on fait des échauffements», renchérit Denis «Bouillon» Meylan, le «gourou» du spectacle dont la série de douze représentations débutera ce vendredi.

La lourde tâche de canaliser la bande de joyeux drilles a été confiée à Gilles Gonin, un comédien établi en Belgique depuis treize ans, mais qui a grandi à Orzens. «Gamin, j’allais à la Revue avec les yeux grands ouverts et j’y ai servi des raclettes quand j’étais junior au club», explique celui qui est devenu clown professionnel. Son ancien entraîneur Hervé Freiss rigole: «A l’époque, je t’expliquais où te placer sur le terrain. Maintenant, tu m’expliques où je dois me placer sur scène.»

«Extraordinaire à vivre»
Gilles Gonin est le fils de l’ancien syndic d’Orzens, André Gonin, et le petit-fils de feu Auguste Gonin, connu notamment pour ses imitations de Bourvil. Il constitue donc la troisième génération à contribuer à la Revue de Thierrens. «Jouer dans un spectacle mis en scène par son propre fils est extraordinaire à vivre, assure André Gonin. Dès qu’ils en ont été capables, je travaillais mes textes avec mes fils en leur faisant lire les répliques. Ça marchait très bien… même s’ils ne comprenaient pas tout!»

La Revue de Thierrens a donc contribué à l’orientation professionnelle de Gilles Gonin. Mais son retour en tant que metteur en scène lui demande un peu d’adaptation. «La Revue, c’est un amalgame d’âges, de milieux sociaux et d’expériences théâtrales très différentes. Lorsqu’ils sont venus me chercher, je savais où je mettais les pieds. J’apprécie de revenir partager avec les gens de mon enfance l’expérience acquise à l’extérieur. Je ne l’aurais probablement pas fait pour un autre village.»

Intitulée Liberté et poitrine, l’édition 2014 de la Revue de Thierrens brocarde le dynamitage de l’émetteur de Sottens, la Coupe du monde au Brésil ou la mode des selfies. Mais il ne reste déjà plus que quelques places.

Créé: 19.11.2014, 18h04

Articles en relation

Thierrens égratigne une nouvelle fois l’actualité

SPECTACLE La traditionnelle Revue du foot créée par l’indécramponnable Bouillon repart vendredi pour douze tours de piste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.