L’Uni de Lausanne décroche un projet européen sur le diabète

RechercheUn spécialiste de l’UNIL va coordonner un programme à 20 millions d’euros visant à mieux comprendre la diversité de cette maladie.

Chez les diabétiques, le manque d’insuline provoque l’accumulation de glucose dans le sang.

Chez les diabétiques, le manque d’insuline provoque l’accumulation de glucose dans le sang. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pourquoi certains diabétiques voient-ils très vite leur santé se dégrader alors que d’autres continuent à vivre presque comme si de rien n’était pendant près de dix ans? Le nouveau programme de recherche médicale que coordonne l’Université de Lausanne (UNIL) devrait permettre de trouver des réponses.

Le professeur Bernard Thorens, rattaché notamment au Centre intégratif de génomique de l’UNIL, est un spécialiste mondialement reconnu de cette maladie. C’est lui qui va administrer et codiriger RHAPSODY, le programme en question, durant quatre années.

«Nous n’en savons pas assez sur les mécanismes qui font que l’évolution du diabète de type II est plus ou moins rapide selon les patients, explique le chercheur. Or, grâce à ce nouveau programme, nous allons avoir accès à des cohortes totalisant des dizaines de milliers de patients dans plusieurs pays européens. Certains d’entre eux sont suivis depuis quinze ou vingt ans. Cela permettra de comparer les données.»

Il faudra cependant réussir à rendre compatibles entre elles les différentes bases de données impliquées, de permettre l’accès des unes aux autres tout en préservant la vie privée des personnes auxquelles ces données correspondent. Ce à quoi vont servir, dans un premier temps, les financements mis à disposition par l’Union européenne et plusieurs entreprises pharmaceutiques.

Mieux adapter les traitements

RHAPSODY, qui regroupe plusieurs universités européennes, l’UNIL, l’ISB (Institut suisse de bio-informatique) et des sociétés pharmaceutiques, fait en effet partie d’une initiative européenne où public et privé collaborent dans le domaine de la santé.

«Dans un deuxième temps, nous allons chercher à identifier des marqueurs biologiques, sur la base d’échantillons disponibles, par exemple de sang, continue Bernard Thorens. Le but est de savoir comment tel ou tel patient peut réagir face à tel ou tel traitement existant.» Ce qui pourrait logiquement conduire à mieux adapter ces traitements.

Selon Bernard Thorens, la participation de l’UNIL n’est pas financée par Bruxelles. Une conséquence du vote helvétique du 9 février sur l’immigration de masse. «Nous sommes considérés comme venant d’un pays tiers, c’est donc Berne qui nous alloue un subside.» Quant au fait que ce soit un Suisse qui puisse jouer le rôle de coordinateur d’un projet de recherche européen, il s’agit d’une exception.

«Il n’existe aucun texte qui l’interdise, précise Bernard Thorens. J’ai déjà joué ce rôle pour des projets européens liés au diabète. Il se trouve qu’une partie des équipes concernées par RHAPSODY provient de ces projets précédents. Et personne d’autre ne s’est annoncé pour faire ce boulot.»

Créé: 06.09.2016, 21h20

Articles en relation

L’épidémie de diabète croît

Santé publique La Journée mondiale du diabète a lieu samedi. La maladie touche 40'000 Vaudois, dont un tiers ignorent être atteint. Etat des lieux. Plus...

Il touche terre à Genève après 80 km à la nage dans le Léman

Challenge Jaime Caballero a réussi son pari. Il a traversé le lac dans sa longueur sans s’arrêter de nager durant près de 23 heures pour soutenir la recherche sur le diabète. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.