Passer au contenu principal

Unia dénonce un bistrot bobo à Lausanne

En se séparant de deux employés, Le Pointu n’aurait pas joué le jeu de la solidarité en cette période de crise.

Le syndicat Unia veut donner un signal clair aux restaurants et aux bars.
Le syndicat Unia veut donner un signal clair aux restaurants et aux bars.
Keystone

«En dénonçant Le Pointu, nous donnons un signal clair aux restaurants et aux bars. Tout a été mis en place pour leur venir en aide en ces temps difficiles. Ils doivent jouer le jeu.» Arthur Auderset, secrétaire syndical chez Unia, reproche à l’établissement bobo-branché lausannois d’avoir licencié deux employés plutôt que d’avoir recouru au chômage partiel. Une décision d’autant plus critiquable, aux yeux du syndicat, que Le Pointu fait partie des établissements publics auxquels la Ville, propriétaire des lieux, a offert deux mois de loyer pour les aider à traverser la crise.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.