Une nouvelle «Banane» sur le campus de l’UNIL

ConcoursL’Etat de Vaud a désigné les lauréats du concours d’architecture pour l’extension de la bibliothèque universitaire.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le projet choisi par l’Etat de Vaud est conséquent: pour un coût de quelque 73 millions de francs, on va doubler la capacité d’accueil de l’Unithèque, le bâtiment qui abrite la Bibliothèque cantonale et universitaire sur le campus de l’Université de Lausanne, à Dorigny. Mais, comme le bâtiment existant, affectueusement surnommé la «Banane» par ses utilisateurs en raison de sa forme, ce projet devrait bien s’intégrer dans la colline douce choisie comme périmètre du concours d’architecture organisé par le Canton.

Les résultats de ce concours, auquel ont participé pas moins de 52 concurrents (une grande majorité de bureaux vaudois ou suisses), ont été dévoilés hier à la presse et au public par les conseillers d’Etat Anne-Catherine Lyon (Département de la formation) et Pascal Broulis (Département des finances).

Variété de banane

Le concept lauréat s’intitule Abaka, et il est l’œuvre du bureau lausannois FHV (Fruehauf, Henry & Viladoms). «Ce nom, c’est celui d’une variété de banane, précise Guillaume Henry. Pour être tout à fait honnête, nous l’avons trouvé la dernière nuit avant le rendu du concours!»

«Leur projet est élégant, discret, et surtout il est fonctionnel», relève le ministre Pascal Broulis. L’extension projetée est implantée à l’arrière du bâtiment existant, du côté de la forêt de Dorigny. Selon les architectes, elle ne dépasse le gabarit de l’Unithèque actuelle que d’un ou deux mètres. Les concepteurs d’Abaka ont mis un soin particulier à assurer un éclairage interne par diffusion de lumière naturelle. Pour garantir un certain calme à l’intérieur des futurs nouveaux locaux, les architectes se sont adjoint les compétences d’un acousticien. «Cela fera partie du travail qui reste à faire pour passer du concept à la réalité», note Claudius Fruehauf.

Discret, le nouveau bâtiment, mais pas invisible. Une sorte de périscope trône fièrement sur la nouvelle Unithèque, à la fois puits de lumière et signe distinctif. Il marquera l’entrée principale.

De 6000 à 14000 étudiants

«Le bâtiment d’origine, construit en 1983, œuvre de l’architecte Guido Cocchi, demeure remarquable, commente Anne-Catherine Lyon. Mais à l’époque, il a été dimensionné pour une université de 6000 étudiants. Aujourd’hui, l’UNIL en compte 14 000.» Il est aussi prévu d’augmenter la capacité de la cafétéria de 10%. Elle devrait ainsi à terme pouvoir servir 400 repas de plus par service. Et l’ancienne Unithèque aura droit à une mise à niveau pour différentes normes (défense contre l’incendie, risque sismique, installations techniques…).

Pascal Broulis annonce un probable début des travaux en 2017, si le parlement vaudois approuve le crédit d’ouvrage. Celui-ci devrait être de 61,3 millions, le reste provenant de subsides fédéraux aux investissements universitaires. Si la mise à l’enquête ne réserve aucune surprise, la «Banane» nouvelle devrait alors être mise à disposition de ses utilisateurs en 2019.

Créé: 27.11.2015, 10h54

En chiffres

22000 La surface utile, en m2, de la nouvelle Unithèque, qui va plus que doubler.

52 Le nombre de bureaux d’architectes et d’ingénieurs ayant concouru.

2000 Le nombre de places dans la nouvelle Unithèque, contre 863 aujourd’hui.

73 En millions de francs, le coût total (études comprises) de l’extension et de la mise à niveau de l’Unithèque.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.