L’UNIL saisit l’occasion des Jeux de la jeunesse

SportDes scientifiques de toutes disciplines vont profiter de la manifestation Lausanne 2020 pour fédérer leurs compétences.

Le Synathlon, futur bâtiment de l'UNIL fédérant l'administration du sport, la formation et la recherche de pointe.

Le Synathlon, futur bâtiment de l'UNIL fédérant l'administration du sport, la formation et la recherche de pointe. Image: DR/Image de synthèse

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A l’Université de Lausanne (UNIL), on attend les Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) 2020 de pied ferme. La manifestation aura en effet lieu à Lausanne, et le campus sera un des centres névralgiques pour ce grand raout du sport international. Mieux, la haute école a inauguré mercredi une plate-forme de recherche, d’enseignement et de valorisation de ses compétences en sciences du sport. Celle-ci va jouer un rôle actif pour, notamment, fédérer différents domaines et disciplines scientifiques autour de l’événement et de sa préparation.

Il existe déjà à l’UNIL un Institut des sciences du sport (ISSUL), placé dans la Faculté des sciences sociales et politiques et qui dépend aussi de la Faculté de biologie et de médecine. Il n’a cessé de grandir ces dix dernières années (lire ci-dessous). La nouvelle plate-forme, qui regroupe déjà 121 personnes, va plus loin. Elle fait appel à toutes les facultés de l’UNIL.

Mêler les disciplines

Son deuxième principe de fonctionnement est d’encourager le travail mêlant des disciplines différentes. Des juristes, des criminologues, des sociologues, des historiens, des biologistes, des économistes et même des théologiens vont travailler ensemble. Douze domaines de recherche ont été identifiés. Cela va des activités physiques adaptées au regard des médias sur le sport en passant par les liens entre les sports et les destinations touristiques. Sans oublier le dopage.

Lausanne va miser sur les relations qu’elle entretient avec le monde sportif international en tirant parti de la présence de nombreuses organisations dans le canton de Vaud. Comprenez bien sûr le Comité international olympique et les quelque 55 fédérations sportives qui gravitent autour.

Dans ce contexte, la venue des JOJ à Lausanne va faire office de banc d’essai. Pour lancer de nouvelles recherches, mais aussi pour faire participer les étudiants à l’aventure en tant que stagiaires, ou encore pour œuvrer à la diffusion du savoir à l’extérieur de l’université. «Il existe bien sûr toute une série de travaux sur l’olympisme, précise Emmanuel Bayle, professeur en gestion du sport. Par contre, les JOJ, qui sont bien plus récents, sont un domaine relativement neuf dans la littérature.»

Coordinateur engagé

Un chargé de mission, doctorant à l’UNIL en sciences du sport, est d’ores et déjà engagé. Pour l’instant à un modeste 25%. Il s’appelle Olivier Mutter et n’est autre que l’ex-chef du Service cantonal genevois du sport. Il va jouer un rôle de coordinateur.

Olivier Mutter a encore peu d’exemples concrets à citer. Parce que, justement, il attend des membres de la plate-forme qu’ils en proposent. «Un de nos professeurs envisage une recherche sur les facteurs qui font que, pour les sports d’hiver, dans certains contextes, les athlètes nés au début de l’année ont plus de chances d’être sélectionnés que les autres», annonce-t-il. Il cite aussi l’utilisation de la technologie de l’information pour inciter les habitants à faire plus d’activités physiques. «Pourquoi pas une appli du genre Tinder pour aller se trouver un partenaire de course ou de tennis, image-t-il. Il faudrait évidemment aussi évaluer l’impact de ce genre de mesure, pour savoir si cela fonctionne.»

Créé: 26.10.2016, 22h00

L’étude du sport a pris de l’ampleur

A l’UNIL, l’Institut des sciences du sport (ISSUL) est né en 2009. Il est le développement logique de l’ancien Institut des sciences du sport et de l’éducation physique, lui-même issu du Centre de formation des maîtres d’éducation physique. L’ISSUL fait partie de la Faculté des sciences sociales et politiques (SSP) et dépend aussi de la Faculté de médecine et de biologie. Il ne comptait au départ que trois chaires professorales. En moins de dix ans, il se retrouve avec onze professeurs et compte au total près de 50 enseignants et chercheurs. En 2013, il a absorbé l’Institut des sciences du mouvement et de la médecine du sport, qui était rattaché à l’Université de Genève. Courant 2017, l’ISSUL va quitter le bâtiment Géopolis, qu’il partage avec le reste de la Faculté des SSP. Il ira prendre ses quartiers dans un nouvel édifice en construction sur le même campus. Le Synathlon, c’est son nom, hébergera également l’Académie internationale des sciences et techniques du sport (AISTS), création commune de l’UNIL, de l’EPFL, du Canton de Vaud, de la Ville de Lausanne, de l’Uni de Genève, de l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL), de l’IMD et du CIO. Le Synathlon sera aussi la nouvelle maison de la Fédération internationale du sport universitaire et il accueillera un «guichet» d’un genre nouveau, le ThinkSport, créé par le Canton de Vaud, Lausanne, le CIO et la Confédération. Une sorte de réseau d’innovation disponible pour tous ceux qui cherchent des compétences pointues et spécifiques dans le domaine du sport.

Articles en relation

Le vélo prend de plus en plus d’importance à l’UNIL et l’EPFL

Campus L’utilisation de la bicyclette pour se rendre dans les deux hautes écoles est en progression continue. Plus...

Les mouches clarifient les gènes zombies

Génétique Une scientifique de l'UNIL a démontré que des gènes mutés dans les neurones et censés ne plus servir pouvaient rester actifs. Plus...

L’Uni de Lausanne décroche un projet européen sur le diabète

Recherche Un spécialiste de l’UNIL va coordonner un programme à 20 millions d’euros visant à mieux comprendre la diversité de cette maladie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.