Passer au contenu principal

[VIDEO] Vaud suit son relief poétique

De ses huit prix culturels, le Canton remet le Grand prix à la plasticienne Sophie Bouvier Ausländer.

La plasticienne Sophie Bouvier Ausländer reçoit le Grand prix vaudois 2017 de la culture. «Elle fait du globe terrestre une sculpture et construit des mondes dans le monde», souligne le jury.

Le temps de la relance ou du regard en arrière, Sophie Bouvier Ausländer ne le prend pas. Jamais. Et… encore moins au moment des honneurs du Grand Prix vaudois de la Culture (100'000 francs)! Le téléphone qui le lui annonçait l’a surprise. La plasticienne a d’abord cru à une erreur, mais juste avant son annonce publique vendredi, la Lausannoise en avait pris la mesure. «Ça commence avec son intitulé – Grand Prix. Au-delà de l’honneur, c’est une responsabilité mais ça me rend très fière et je l’accepte avec bonheur et joie.» Pour… aller de l’avant, continuer à construire son œuvre où papier et texture comptent comme dominants.

Sophie Bouvier Ausländer superpose, froisse, découpe, aère ce papier, à la fois matière et essence d’une légèreté, d’une transparence, d’une volatilité. Vivant entre la Suisse et l’Angleterre, aimant changer d’atelier – «cette chambre à soi mais aussi ce lieu qui isole» – grâce aux résidences décrochées à travers le monde, elle se fait un monde, des mondes nouveaux fondés sur ses géographies croisant l’intime et l’altérité, le vide et la matérialité. Mais plus qu’une frontière qui sépare ou qui distingue, c’est le relief, cet espace tactile, visuel, ce possible que caresse l’artiste, vue ce printemps à la Fondation Louis Moret à Martigny et à voir dès le 27 septembre dans un accrochage à la Galerie Heinzer Reszler Lausanne.

«Si je travaille souvent avec des cartes géographiques, c’est l’objet qui m’intéresse, pas l’idée de la représentation d’un territoire»

«Si je travaille souvent avec des cartes géographiques, c’est l’objet qui m’intéresse, pas l’idée de la représentation d’un territoire. Ce sont des supports bidimensionnels qui représentent une réalité tridimensionnelle, une notion qui permet de faire le lien entre le dessin et la sculpture et, poursuit-elle, c’est vraiment toute la question qui m’intéresse en art. Comment parler d’un espace qui est défini à une extrémité par le dessin et à l’autre par la sculpture, et comment exprimer cet espace de manière continue.»

Cette exigence dans l’intention et la pratique se met au service d’un trouble permanent. L’œuvre ne narre pas, ne figure pas. Elle ne catégorise pas davantage. Mais elle ouvre, elle offre, elle génère! Elle crée d’autres dimensions, comme au Gymnase de Renens, où Sophie Bouvier Ausländer a imaginé une bibliothèque monumentale, élément d’architecture et projet artistique. Comme au Musée d’art de Pully en 2014, dans son «Hotel Ausland» – à la fois patronyme, titre générique de sa démarche créative et voyage vers l’ailleurs. L’artiste y jouait avec l’infini des mémoires et les possibles des renaissances. Skin, un collage à l’encre sur papier-calque, surgissait des cimaises comme une deuxième peau en transe pour flirter avec l’air et les luminosités, alors que dans les formes mutantes de Remake, immense installation à l’encre sur papier, elle sondait les strates du faire, du refaire.

Le bonheur de la découverte Ce faire, ce savoir appris, assimilé très jeune dans les petites classes de son village de Forel. «J’ai adoré cette période, je me souviens du bonheur de découvrir les techniques de base comme d’apprendre à écrire. Tout ça a été amené d’une manière tellement bienveillante et lumineuse, j’ai eu une enfance très vraie. Mais bien sûr que toutes les expériences que j’ai eues par la suite, à la fois ici, à Bruxelles, à Londres, c’est ce qui a fait le tissu, mon étoffe aujourd’hui. Je ne me sens pas faite d’une seule fibre, mais de plein de bouts de ficelle, comme une sorte de patchwork. L’important, c’est d’être soi-même, de se connaître.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.