Un Vaudois a créé la montre de François Hollande

HorlogerieLe cadeau offert par la Municipalité de Lausanne au président français et à la présidente suisse vient de l’atelier d’Olivier Randin.

Olivier Randin poursuit son activité personnelle dans un atelier aménagé à son domicile.?

Olivier Randin poursuit son activité personnelle dans un atelier aménagé à son domicile.? Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Sur les quais d’Ouchy, alors que le président de la République française racontait ses souvenirs d’enfance à la foule venue l’applaudir, le 16 avril dernier, Christian Zutter, chef du protocole de la Ville, expliquait aux journalistes que François Hollande et Simonetta Sommaruga allaient chacun recevoir un cadeau, en l’espèce une montre-bracelet créée par «la seule manufacture lausannoise».

Les deux garde-temps font partie d’un lot d’une vingtaine de pièces, tant pour hommes que pour femmes, que la Municipalité a achetées pour les offrir à ses visiteurs prestigieux. Et leur créateur s’appelle Olivier Randin, 43 ans, un ingénieur en microtechnique au parcours professionnel d’une densité particulière. Après une collaboration d’une année avec l’horloger genevois Franck Muller, en 2000, il rejoint le groupe de luxe Richemont, travaille pour les marques les plus prestigieuses et aboutit finalement chez Rolex. Dans l’intervalle, il a commencé à fabriquer ses propres produits, en faisant en sorte qu’ils n’entrent pas en concurrence avec ceux de ses employeurs.

«Je n’ai plus le droit de fabriquer le modèle offert au président français»

Néanmoins, chez Rolex, les avocats de la marque ne l’entendent pas de cette oreille et Olivier Randin doit ainsi la quitter. Le défi, dès lors, est d’essayer de voler de ses propres ailes. «En 2007, à la mort de Maurice Béjart, dont j’étais un admirateur inconditionnel, je décide de lancer une ligne qui lui rendrait hommage, raconte-t-il. L’idée était de promouvoir et de vendre nos produits lors des tournées de la troupe à travers le monde, et notamment au Japon, qui a été notre premier déplacement. Malheureusement, nous sommes tombés en pleine crise mondiale et le bénéfice engrangé m’a tout juste permis de payer l’aller-retour.»

Résurrection lausannoise
Olivier Randin, technicien de haut vol, ne se décourage pas. L’horlogerie lausannoise a disparu depuis 1851, il va donc tenter de la ressusciter. Pourquoi ne pas proposer aux Lausannois fortunés des montres personnalisées dont ils pourraient choisir, par exemple, la décoration du cadran? Dans le même temps, l’horloger frappe à toutes les portes, y compris à celles de la Municipalité, qui lui achète donc, en 2010, un lot de montres-bracelets en acier, sobres et discrètes, qui portent l’inscription: «Lausanne capitale olympique».

Auparavant, lors du meeting d’Athletissima de 2009, l’entreprenant horloger avait réussi, devant les caméras, à en offrir un exemplaire à Usain Bolt, qui n’était pas encore ambassadeur de Hublot.

«Elles ne coûtaient pas plus de 3000 francs pièce, se souvient-il. En revanche, la Ville de Lausanne possède l’exclusivité de cette série limitée. Je n’ai donc plus le droit de fabriquer ce modèle.» Pas plus que celui de continuer à rendre hommage à Maurice Béjart, du fait que le BBL compte désormais la marque Jaquet Droz, propriété du Swatch Group, parmi ses sponsors principaux…

Aujourd’hui, Olivier Randin, fort d’un mandat de directeur technique chez l’horloger genevois Breva, spécialisé dans les montres haut de gamme dédiées aux fonctions météorologiques, parvient encore, la passion chevillée au corps, à fabriquer une vingtaine de ses propres modèles, bon an mal an, dans l’atelier aménagé chez lui. (24 heures)

Créé: 27.04.2015, 15h01

Articles en relation

Pourquoi Hollande s'est focalisé sur une PME de l'EPFL

Visite d'Etat Le patron de Sophia Genetics s'est entretenu avec François Hollande. Il fournit la santé publique française en équipements sensibles. Plus...

Hollande en forme olympique et la «célèbre» Simonetta

Revue de presse française Les quotidiens français se sont focalisés sur le passage du président au Comité international olympique à Lausanne. Rien sur l'innovation à l'EPFL. Plus...

A l'EPFL, François Hollande salue le «miracle suisse»

Visite d'Etat Le deuxième jour de la visite officielle en Suisse du président de la République française s’est déroulé à Lausanne, d’abord à l’EPFL, puis à Ouchy. Plus...

La Municipalité de Lausanne a acheté une vingtaine de pièces, pour hommes et pour femmes, et possède l’exclusivité de cette série limitée qui porte l’inscription «Lausanne capitale olympique».  (Image: DR)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...