Vaudoise aréna: les Communes interviennent

Conflit de travailLausanne, Renens et Prilly exigent que l’audit sur les conditions de travail du personnel ne soit pas mené par le président du conseil d’administration du Centre sportif de Malley.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Communes de Lausanne, de Prilly et de Renens sont intervenues officiellement dans le conflit de travail qui fait rage à la Vaudoise aréna. Dans un communiqué conjoint diffusé ce vendredi, elles ont formulé plusieurs exigences vis-à-vis du conseil d’administration du Centre sportif de Malley (CSM SA), qui dirige la structure. Ces Communes sont, pour rappel, toutes actionnaires du complexe.

Présidé par Jean-Jacques Schilt, le Centre sportif de Malley est dans la tourmente à la suite des accusations formulées par plusieurs employés concernant – notamment – des heures supplémentaires excessives et du travail de nuit effectué sans autorisation et non compensé.

D’abord établir les faits

Les trois Villes demandent en particulier que l’audit externe actuellement en cours à la demande du Canton soit placé sous la responsabilité du vice-président du conseil d’administration, le syndic de Prilly Alain Gillièron, et non du président Jean-Jacques Schilt.

«Il nous paraît important que cet audit soit réalisé dans les meilleures conditions et qu’il ne puisse pas être contesté. C’est une mesure formelle mais importante», commente le syndic de Lausanne, Grégoire Junod.

Ce dernier précise que cette décision ne constitue pas un désaveu de Jean-Jacques Schilt, lui-même ancien syndic de Lausanne: «Avant d’établir les éventuelles responsabilités, il faut établir les faits. C’est ce que nous attendons de l’audit.»

Une organisation problématique

Mercredi, le syndicat Unia avait lui-même diffusé un communiqué de presse, estimant problématique l’organisation de l’audit. Contacté, Alain Gillièron plaide une erreur d’appréciation qui devait être corrigée. «Jean-Jacques Schilt doit lui-même être entendu, souligne-t-il. Nous avons pris conscience qu’il ne pouvait pas signer le mandat de l’audit confié à la société Vicario.»

Le syndic de Prilly précise lui aussi que cette décision n’entache en rien sa confiance en Jean-Jacques Schilt ni en Christophe Huybrechts, le directeur de la Vaudoise aréna, lui aussi épinglé par une partie des collaborateurs. Dans leur communiqué, les Villes de Lausanne, de Prilly et de Renens demandent également au conseil d’administration de prendre des mesures immédiates pour faire respecter les dispositions de la loi sur le travail.

«À notre connaissance, les mesures que nous demandons sont en cours, mais tout n’a pas encore été réglé, notamment s’agissant de l’établissement des décomptes de travail de nuit, déclare Grégoire Junod à ce sujet. Nous attendons du conseil d’administration que les engagements pris en la matière soient tenus, et cela sans attendre la fin de l’audit.»

Priorités fixées

Alain Gillièron précise qu’une analyse est en cours pour établir si des collaborateurs n’ont pas été payés comme ils auraient dû l’être. «Cela ne veut pas dire qu’il y a eu un retard dans la prise de mesures. Nous fixons des priorités et si nous pouvons agir plus rapidement, c’est une bonne chose.»

Le communiqué des Communes se conclut en demandant qu’une structure de soutien pour les collaborateurs soit mise en place au plus vite. «Le syndicat Unia nous a fait état d'employés en souffrance. Une cellule d’accompagnement externe nous paraît être une bonne mesure pour ramener de la sérénité en parallèle à l’audit.»

Créé: 14.02.2020, 12h11

Articles en relation

Vaudoise aréna: le Canton sévèrement mis en cause

Conflit de travail Le syndicat Unia accuse le service de l’emploi d’avoir tardé à protéger les employés. Selon lui, la loi n’est toujours pas appliquée. Plus...

La Municipalité interpellée sur la Vaudoise aréna

Lausanne Le PLR et la gauche déposeront des interpellations urgentes ce mardi soir au Conseil communal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.