[VIDEO] Aquatis doit réviser ses objectifs à la baisse

LausanneL’aquarium vivarium a recensé 379'000 visiteurs après une année. L’effet de la nouveauté devait en amener 450'000. Prudente, la direction table sur 350'000 en 2019.

Plongée dans le quotidien de trois espèces venues enrichir la collection animale d'Aquatis.
Vidéo: ANETKA MÜHLEMANN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Aquatis est monté sur le podium des centres d’attractions romands les plus fréquentés. Ses 379'000 visiteurs après une année d’existence placent l’aquarium vivarium consacré à l’eau douce en troisième position, derrière la Maison Cailler, à Broc (FR), et le château de Chillon qui avoisinent les 405'000 curieux annuels.

Bernard Russi, boss du groupe hôtelier et de thermalisme Boas, qui a réalisé Aquatis, s’est présenté mercredi en «patron heureux» au moment du premier bilan public à Vennes, dans les hauts de Lausanne. Mais la réalité des chiffres montre que le centre aquatique, qui a le mérite d’être bien vivant dans son écrin circulaire écaillé, est sous pression en vue des années à venir. 380'000 visiteurs, c’était l’objectif annuel moyen sur huit ans. Les projections tablaient sur un «effet de nouveauté» qui devait engendrer une fréquentation nettement plus élevée pendant la première année, où Boas espérait 450'000 entrées.

Prudence en 2019

Bernard Russi tire la leçon. «Sur la base d’une étude menée par une société externe, nous avons en effet travaillé sur ce chiffre-là. Nous avons toujours prôné l’objectif de 450'000 visiteurs pour la première année. C’était un but difficile à atteindre. Le budget 2019 sera prudent et raisonnable en envisageant 350'000 visiteurs», annonce le patron de Boas. Selon lui, les 9500 poissons et 120 reptiles de Vennes se sont montrés moins attractifs que prévu en raison d’une météo ensoleillée et chaude qui a encouragé les activités extérieures: «Nos hôtels de montagne ont cartonné», relève-t-il. Innover chaque année

Les turbulences de jeunesse – des difficultés techniques liées au licenciement de la première directrice – appartiennent au passé. Le défi est désormais d’assurer la durabilité de l’aquarium, qui a intégré les reptiles de l’ancien Vivarium de Lausanne (Sauvabelin). Le nouveau directeur d’Aquatis, Jean-Marc Meylan, sait qu’il doit innover régulièrement. Pour cela, il faut de l’argent. Bernard Russi reste discret sur le sujet des finances. Selon les projections, la fréquentation annuelle moyenne de 380'000 visiteurs s’accompagnait d’un chiffre d’affaires de 8,1 millions de francs. Il sera moins élevé. Le patron du groupe Boas a l’œil rivé sur le cash-flow dégagé par l’aquarium vivarium, c’est-à-dire sa capacité à financer lui-même des projets. Là aussi, Bernard Russi ne livre rien: «C’est un cash-flow intéressant qui permet d’assurer nos engagements.»

Sera-t-il suffisant pour couvrir l’investissement minimal d’un demi-million par an en vue de créer les expositions temporaires très attendues par les milieux scientifiques? C’est justement le défi à venir: l’innovation permanente pour faire revenir les visiteurs qui ont déjà parcouru le circuit sclénographique d’Aquatis.

En plus des nouveautés animalières récentes, comme les mangoustes, mammifères agiles et carnivores qui taquinent les crocodiles sacrés de l’Afrique de l’Ouest, ou les petits requins de Méditerranée, les roussettes, Aquatis annonce l’ouverture d’une place de jeux pour les enfants et les familles, en plusieurs étapes, à partir du printemps 2019. Le coût avoisine les 500'000 à 600'000 francs. Il est question de faire appel au crowdfunding afin d’assurer une partie du financement. Ce type de partenariat financier pourrait servir aux événements temporaires envisagés dans les prochaines années.

En 2017, les tarifs d’entrée, critiqués pour leur poids élevé dans les porte-monnaie familiaux, avaient provoqué une controverse. Ils ne seront pas modifiés: «Si on ne tient pas compte de la taxe communale de 14%, nous nous trouvons au même niveau que le Chaplin’s World de Corsier», relève Bernard Russi. Afin de s’adapter à la demande, Aquatis promet un effort du côté des familles à partir du début de 2019. (24 heures)

Créé: 07.11.2018, 23h30

Galerie photo

Aquatis fête son premier anniversaire

Aquatis fête son premier anniversaire Une année après son inauguration, le centre Aquatis nous accueille pour une nouvelle visite: tous les aquariums sont occupés et l'eau a retrouvé sa transparence.

En chiffres

379'000


C’est le nombre de visiteurs recensés une année après l’ouverture, le 21 octobre 2017. En se fondant sur une étude de marché, la direction tablait sur 450'000 entrées la première année, en raison d’un «effet nouveauté», puis 380'000 en moyenne par an.

29


C’est le nombre de collaborateurs de l’aquarium-vivarium.
En comptant les employés de l’Hôtel Aquatis, qui se développe sur le créneau des conférences et des séminaires, l’effectif total du site se monte à 70 personnes.

103


En millions de francs, c’est l’investissement total sur le site d’Aquatis à Vennes, dans les hauts de Lausanne. L’aquarium-vivarium a coûté 28 millions pour ses murs
et 35 millions pour son équipement.

Les 40 millions restants ont servi à la partie hôtelière. L’investissement est privé, sous l’égide du groupe Boas. L’État de Vaud a octroyé un prêt de 10 millions au titre de la loi sur l’aide au développement économique. La Ville de Lausanne a garanti la moitié de ce prêt par un cautionnement solidaire de 5 millions au maximum.

L'attente des milieux scientifiques

Depuis la création de la Fondation Aquatis en 2007, les promoteurs du projet défendent un idéal scientifique et pédagogique: sensibiliser le public aux menaces qui pèsent sur les écosystèmes d’eau douce dans le monde entier. Le travail a déjà commencé.

Des ateliers pédagogiques ont intéressé 2048 élèves. L’aquarium-vivarium a organisé 430 visites guidées qui ont attiré 10'300 personnes. Aquatis s’affirme aussi comme un partenaire important des réseaux zoologiques internationaux. Sous la direction de Michel Ansermet, ancien directeur du Vivarium de Lausanne, le centre de l’eau douce gère le programme de sauvegarde de la vipère du Mont Mang Shan (Chine) menacée de disparition. Il fera de même avec les crocodiles sacrés. Aquatis doit passer la vitesse supérieure en mettant sur pied des expositions temporaires qu’il s’agit de financer.

Les milieux scientifiques de la région lémanique sont de leur côté prêts à partager leurs connaissances et leurs recherches. Les logos de plusieurs instituts partenaires figurent sur le site internet d’Aquatis.

Par exemple celui du projet Léman 21, qui a été mené par la Faculté des géosciences et de l’environnement de l’Université de Lausanne: «Nous avons surtout contribué aux travaux de préparation d’Aquatis. Mais l’idée était de poursuivre cette collaboration», relève Nathalie Chèvre, maître d’enseignement et de recherche. «Concrètement, il ne s’est plus passé grand-chose. Après un an, il faut leur laisser un peu de temps.

S’il ne se passe rien dans les cinq ans, ce serait plus inquiétant», ajoute la scientifique. La Commission internationale pour la protection des eaux du Léman (CIPEL) tient un langage identique: «Nous sommes intéressés à travailler avec eux sur un projet d’exposition temporaire, par exemple pour sensibiliser le public à la pollution du Léman», déclare Audrey Klein, secrétaire générale.

Articles en relation

«Je n’ai harcelé ni mobbé personne à Aquatis»

Lausanne L’ex-directrice réfute en bloc les accusations qui la visent. Et jette la pierre au groupe BOAS. Plus...

Des anciens employés dénoncent le style despotique de l’ex-directrice

Aquatis Angélique Vallée-Sygut est accusée de «harcèlement». Bernard Russi évoque des problèmes relationnels. Plus...

«Après le déménagement, les crocodiles m’ont fait la tête durant tout un mois»

Animaux «Cléo» et «Farouche» viennent d’arriver à Aquatis. Ils ont mis du temps à s’acclimater et ont longtemps boudé leur soigneur, Michel Ansermet. Plus...

L’éreintante première journée de Monsieur Aquatis

Lausanne L’ouverture du plus grand aquarium d’eau douce d’Europe en compagnie de Bernard Russi, promoteur du concept. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.