Passer au contenu principal

Le match du jour opposait les antispécistes aux mangeurs de viande

Les antispécistes manifestaient devant Swiss Expo ce samedi. Les mangeurs de viande ont répliqué en organisant «le barbecue de la liberté».

A 300 mètres de la manifestation antispéciste, les amoureux de viande pouvaient s'en donner à cœur joie.

Une petite centaine d'antispécistes ont manifesté samedi à Beaulieu devant Swiss Expo, qualifiée «d'exposition de la honte». A 300 mètres, un barbecue gratuit se voulait une démarche «positive» en faveur des éleveurs.

Sous la surveillance étroite de la police, les deux manifestations sont restées à distance. Devant l'entrée de l'exposition, les antispécistes ont martelé slogans et exigences. «Tous différents, tous égaux, nous sommes tous des animaux», «Elevages, abattoirs, spécistes, y en a marre». A leurs yeux, Swiss Expo est «l'exposition de la honte» qui cache la vérité sur le sort «misérable» des animaux, «les horreurs de l'élevage».

Les antispécistes ont étalé leurs exigences: que le gouvernement ferme les abattoirs, que l'Union suisse des paysans (USP) travaille à la reconversion des éleveurs, que les écoles ne soutiennent pas la propagande de Swissmilk ou que les gymnases proposent des cours d'éthique animale.

Soutenir l'agriculture

«Notre entreprise est révolutionnaire», a lancé une militante dans le mégaphone, jugeant que «la violence était du côté des abattoirs». «Nous sommes des modérés, presque mous», a-t-elle ajouté sur le ton du regret.

A quelque 300 mètres, à l'autre bout du bâtiment, un barbecue gratuit a fini par réunir presque autant de sympathisants. Son organisateur, Ruben Ramchurn, vice-président de l'UDC Jura-Nord Vaudois, a dit avoir voulu mettre sur pied un évènement «positif» en faveur de l'agriculture «telle qu'elle est» et des éleveurs.

A ses yeux, la très petite minorité antispéciste bénéficie «d'une attention disproportionnée» des médias notamment. Ils font peur et les gens qui nous soutiennent préfèrent rester anonymes de peur «des représailles», a-t-il déploré.

Police sur le qui-vive

Président de Swiss Expo, Jacques Rey a passé d'une manifestation à l'autre. Il a souligné que des consignes avaient été données pour que les empoignades de l'année dernière ne se reproduisent pas. Il a regretté que les visiteurs se fassent insulter en arrivant, mais a jugé que la foire elle-même ne pâtissait pas des antispécistes.

La police s'est employée à éviter tout incident, serrant de près tout individu ayant plutôt le style éleveur qu'antispéciste. Au point d'agacer l'un d'entre eux qui a tenu à rappeler aux agents que c'était «un territoire public». Commandant de la police lausannoise, Olivier Botteron a contesté que des consignes particulières aient été données.

Commencée mercredi, Swiss Expo se termine samedi. Pour sa 23e édition, elle a réuni plus de mille vaches et génisses à Lausanne. Outre le concours international, différentes manifestations étaient organisées: découverte du travail des éleveurs, dégustation de spécialités régionales ou encore l'école à la ferme. (ats/nxp)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.