Passer au contenu principal

Vifs débats sur Taxi Services et la menace Uber

Le Conseil communal a donné lieu à une passe d'armes entre le socialiste Benoît Gaillard et le municipal Pierre-Antoine Hildbrand.

Le PS s'inquiète du devenir de Taxi Services, utilisé pour des prestations d'intérêt public à Lausanne et en concurrence directe avec Uber.
Le PS s'inquiète du devenir de Taxi Services, utilisé pour des prestations d'intérêt public à Lausanne et en concurrence directe avec Uber.
Christian Brun

Chaud débat, mardi soir au Conseil communal de Lausanne, lorsque le socialiste Benoît Gaillard est venu défendre, via une interpellation urgente, les activités du central d'appel Taxi Services SARL, sur fond de guerre entre les taxis lausannois et la société Uber. Dénonçant une «situation dramatique de concurrence déloyale», l'élu a brandi l'hypothèse d'une fragilisation du marché qui déboucherait sur la disparition de TaxiServices. Pour rappel, il s'agit du central d'appel auquel tous les taxis A (disposant d'une autorisation d'usage accru du domaine public) sont tenus de s'affilier.

De l'avis général, une cessation d'activité de Taxi Services poserait problème car la structure fournit des prestations de transport aux personnes à mobilité réduite et aux élèves dont l'état physique ou psychique ne permet pas d'emprunter les transports publics. Sur mandat des TL, elle assure aussi les courses Taxibus. Quelles seraient donc les conséquences sur ces prestations si l'activité de Taxi Services cessait d'être rentable ?

«Il est indéniable que la disparition de Taxi Services serait très regrettable, répond le municipal Pierre-Antoine Hildbrand, par ailleurs président de l'association intercommunale pour la réglementation du service des taxis. Toutefois, si ça devait se réaliser, son rôle d'intermédiaire ferait l'objet d'un appel d'offre. A terme, et même si ce n'est pas ce que nous appelons de nos vœux, la nouvelle entité pourrait garantir les différentes prestations.»

Un double marché

Au-delà du cas Taxi Services, le PS pointe aussi le récent allégement des conditions d'obtention du carnet de conducteur. La vérification des connaissances topographiques a notamment été supprimée. «Nous voulons que les taxis A et leur central d'appel conservent un avantage comparatif qui permette à la population de choisir. Les connaissances topographiques sont un véritable atout, elles ont une valeur qui justifie un prix plus élevé», défend Pierre-Antoine Hildbrand. Le municipal défend ainsi l'idée d'un double marché, celui des taxis et de leurs prestations parapubliques et celui des voitures de transport avec chauffeur (VTC).

Un système qui légitime aussi la cohabitation de politiques tarifaires différentes, là où Benoît Gaillard dénonce une différence de traitement entre des taxis qui doivent «afficher de manière claire et transparente les tarifs pratiqués» et Uber qui «pratique une tarification différenciée susceptible de varier à la minute près et d'être multipliée par deux, trois ou dix».

Question de compétences

Régulièrement attaqué, ces derniers mois, par les chauffeurs de taxis et par le syndicat Unia, Pierre-Antoine Hildbrand a rappelé que, dans ce dossier, certaines compétences ne sont pas du ressort de la Municipalité lausannoise. A noter qu'une loi cantonale doit aussi venir clarifier la situation en 2019. «La Municipalité aurait néanmoins pu se positionner sur l'engagement qu'elle va prendre plutôt que par formalisme vis-à-vis de cette future loi, conclut Benoît Gaillard. Il n'est pas question de débattre sur les modifications du règlement qui relève de l'association intercommunale mais d'un problème de respect des règles et d'un acteur qui ne s'y conforme pas.»

Le conseiller socialiste a finalement proposé une résolution demandant à l'Exécutif d’œuvrer pour une concurrence loyale et pour la préservation de centrales capables d'exercer des missions de transport relevant du service public. Résolution acceptée à l'unanimité moins une abstention.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.