Passer au contenu principal

Vingt ans que des groupes d’amis font boire Lutry

Depuis 1999, les jeunes se succèdent pour faire vivre, au cœur du bourg, un lieu rassembleur nommé Yrtul puis Lustriacum.

De g. à dr.: Kilian Duggan, Baptiste Savoy et Nicolas Crisinel au bar de l’actuel Lustriacum.
De g. à dr.: Kilian Duggan, Baptiste Savoy et Nicolas Crisinel au bar de l’actuel Lustriacum.
Florian Cella

Il leur fallait un lieu pour se retrouver. Quand Nicolas Crisinel et quatre potes ont lancé l’Yrtul Club, en 1999, «il n’y avait rien pour les jeunes à Lutry». Le groupe a donc profité du déménagement de la bibliothèque pour occuper ses anciens locaux, avec la bénédiction de la Municipalité.

«Nous voulions un endroit très lutryen, où la jeunesse mais aussi les trentenaires et les quadragénaires pouvaient se rencontrer, explique Nicolas Crisinel. Nous avons presque eu carte blanche et ça a très vite fonctionné, jusqu’à concerner une septantaine de jeunes.» L’Yrtul (pour Lutry à l’envers) est alors un club privé, plus précisément un bar avec cartes de membre. Les initiateurs finissent par passer la main et le projet perd un peu sa vocation initiale, jusqu’à fermer en 2008.

«À la fin, malheureusement, c’était surtout le point de rendez-vous d’une poignée d’amis qui allaient y boire», explique Kilian Duggan, actuel municipal qui finira par relancer l’aventure en 2012. «Nous avions un peu d’argent, gagné grâce à un stand à la Fête des Vignerons, nous l’avons investi pour cette bonne cause.»

De club privé à bar public

Qui dit nouveau départ dit nouveau nom; alors l’Yrtul Club devient Lustriacum. Cette fois, la Municipalité impose la création d’une association. Après des travaux de mise aux normes, le lieu recommence à voir défiler les Lutryens. Apéritifs, soirées à thème et diffusion d’événements sportifs rythment toujours l’année jusqu’à l’incontournable Fêtes des vendanges. «Le lieu a toujours été tenu par des groupes d’amis et c’est sans doute ce qui explique son succès. Ça joue beaucoup sur l’ambiance et la motivation», glisse Nicolas Crisinel.

Devenu débit de boissons public, l’ancien club privé ferme de nouveau quelques mois fin 2015, avant qu’une nouvelle équipe d’amis ne débarque. Parmi eux, Baptiste Savoy: «Nous avons essayé de conserver l’ambiance du lieu en densifiant l’offre, en organisant par exemple des blind tests ou des tournois de ping-pong. L’idée, c’était de rassembler plus largement qu’autour du simple ballon de blanc.» D’ailleurs, c’est aux bières artisanales que le Lustriacum, qui ne sert pas d’alcool fort, fait la part belle.

Avec une moyenne d’âge avoisinant les 27 ans, le bar, ouvert du jeudi au samedi, ratisse jusque dans les communes alentour. Et puisqu’il doit sans cesse se renouveler l’équipe en place cherche actuellement à remettre l’exploitation du zinc. «Nous allons par contre rester dans l’association pour organiser des manifestations à Lutry ou nous impliquer dans les événements des autres structures», annonce Baptiste Savoy.

----------

Le Lustriacum Rue Verdaine 6, 1095 Lutry www.le-lustriacum.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.