Les Lausannois se sont mobilisés pour «Charlie Hebdo»

ManifestationsPlus de 2000 personnes se sont rassemblées, dimanche, sur la place de la Riponne «pour défendre la liberté».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Même pas peur». C’est la pancarte d’un petit garçon, juché sur les épaules de son père, qui le dit. Dimanche après-midi, sur les coups de 15 h, la moitié sud de la place de la Riponne était noire de monde. Comme à l’occasion de la première manifestation de mercredi dernier, les gens ont répondu spontanément à un appel au rassemblement lancé sur les réseaux sociaux. La foule est ensuite partie en cortège en direction de la place Chauderon pour faire une boucle et revenir à la Riponne.

Mercredi dernier, quelques heures après le massacre dans les locaux de «Charlie Hebdo», un demi-millier de personnes encore abasourdies, dont beaucoup de journalistes et de politiques, s’étaient déjà retrouvées en silence autour de la fontaine de la Riponne. Hier, le rassemblement était bien plus large.

Le sigle «Je suis Charlie» était omniprésent. Mais ce n’est plus uniquement la défense de la liberté d’expression qui animait les manifestants. Le propos s’est élargi. «Charlie» est devenu un symbole un peu fourre-tout de la tolérance. Ainsi, on pouvait aussi lire, «Je suis Charlie, je suis flic, je suis juif» ou encore «Solidarité avec les peuples de Syrie, d’Irak et de Gaza». Il faut dire que depuis l’exécution des dessinateurs, mercredi matin, il s’est joué une prise d’otage sanglante dans une épicerie casher à la Porte de Vincennes.

Le président socialiste du Conseil d’Etat, Pierre-Yves Maillard a participé aux deux manifestations. «Quand la population se mobilise pour la démocratie, il est important que les autorités soient présentes», estime-t-il. Sa collègue au gouvernement, Béatrice Métraux, a, elle, une pensée pour les forces de l’ordre. «Je suis aussi là pour rendre hommage aux policiers qui sont tués dans l’exercice de leur fonction», indique la conseillère d’Etat verte en charge de la Sécurité.

Mais la gauche n’a pas le monopole du cœur, comme disait Valéry Giscard d’Estaing. «Pour moi, c’est une émotion particulière de voir disparaître ces grandes plumes qu’étaient Wolinski, Cabu, indique le député PDC Axel Marion. Les gens ont tendance à croire qu’au PDC nous sommes des centristes mous, mais j’appréciais beaucoup leur humour féroce. Après il y a tout la profondeur de champ que donne une attaque contre une rédaction. C’est s’en prendre à la liberté.»

Maison du Dessin de Presse à Morges

A Morges, la Maison du dessin de presse a dédié la journée de dimanche aux dessinateurs de «Charlie Hebdo» abattus mercredi. Environ 500 personnes sont venues pour discuter avec la dizaine de dessinateurs qui étaient présents. Parmi eux figuraient Raymond Burki, Alex ou encore Hubert Froidevaux, de Plonk Replonk.

Après les rassemblements de mercredi et d’hier, une nouvelle manifestation est annoncée à la place de l’Europe, mercredi à 11 h 30. Soit exactement une semaine après l’attentat contre «Charlie Hebdo». (24 heures)

Créé: 11.01.2015, 21h32

Articles en relation

La France, submergée par l'émotion, dit non au terrorisme

«Charlie Hebdo» Plus de 3,3 millions de personnes ont défilé dimanche à Paris et en France pour défier le terrorisme après les attentats djihadistes qui ont fait 17 morts ces derniers jours en France. Plus...

Anonymous part en croisade contre les sites djihadistes

Charlie Hebdo Les hackers ont affirmé sur Twitter avoir neutralisé le premier site djihadiste français, «Ansar Al Haqq» en représailles des attaques de Paris. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...