«Lavaux est devenu un vrai terrain d’étude»

PatrimoineEmmanuel Estoppey, premier gestionnaire du site Lavaux Unesco, quitte son poste. En neuf ans, il a acquis la confiance du vignoble

Emmanuel Estoppey a apprécié ces neuf ans passés à Lavaux, mais il se réjouit de retrouver la montagne à Ollon, où il vit.

Emmanuel Estoppey a apprécié ces neuf ans passés à Lavaux, mais il se réjouit de retrouver la montagne à Ollon, où il vit. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est lui qui a mis en place la structure Lavaux Patrimoine mondial (LPm), aujourd’hui l’interlocuteur incontournable de tous les acteurs de la région. Arrivé en 2009, deux ans après l’inscription du site à l’Unesco, Emmanuel Estoppey quitte son poste pour voler vers de nouveaux challenges. Bilan.

Lavaux Patrimoine mondial va réviser son plan de gestion, est reconnu à l’international, est enfin soutenu par l’État… Pourquoi partir maintenant?

C’est justement parce qu’une stabilité a été trouvée que je peux partir. J’ai mis les choses en place, mais au moment de penser aux vingt ans à venir, c’est bien qu’il y ait un nouvel oxygène, de nouvelles visions. J’aurais peur de venir avec des solutions toutes faites qui nous font louper des processus de réflexion. Et puis j’aime aller vers autre chose quand tout va bien.

Tout va bien, vraiment?

Il y a encore un problème: nous ne tirons pas tous à la même corde. Malgré un dynamisme et un esprit d’initiative forts, il faut encore que les gens apprennent à travailler davantage ensemble. Par exemple, les vins de Lavaux sont encore trop difficiles à comprendre pour le consommateur, comparé au Bordelais. Avec les 200 vignerons et le négoce, on arrive à un millier de sortes de vins mais en toute petite quantité. Cela pourrait être un atout, mais il faut développer le marketing qui va avec.

Est-ce à LPm de développer les outils pour «vendre» Lavaux?

Non, mais c’est un mandat de LPm de valoriser le lieu, avec des objectifs positifs sur l’économie de ce patrimoine vivant. On pourrait par exemple déterminer que dans x années, 20% des vins de Lavaux doivent être vendus à travers le tourisme durable, et aider à rendre cet objectif réalisable. Mais le projet ne peut naître que de la volonté des vignerons.

Les premières années de l’inscription, on vous a reproché de ne rien faire…

Et pourtant, il y a un énorme chemin qui a été parcouru. Mais il a d’abord fallu créer l’association, née en 2013, pour séparer le politique de la gestion du site (ndlr: auparavant elle dépendait des Communes), ce qui n’était pas du tout acquis… C’est là que les gens ont véritablement commencé à réfléchir ensemble. En neuf ans, j’ai l’impression d’avoir assisté à la création d’une région, dont les trois pôles (ouest, centre, est) se parlaient peu, c’est une de mes grandes fiertés. Aujourd’hui, grâce à la confiance des Communes, nous sommes devenus incontournables pour la plupart des vignerons et autres acteurs du site.

D’autres fiertés?

Les guides du patrimoine! On a d’abord formé 4 guides, avec un objectif de 10 randonnées par année. Nous en sommes à 40 guides et avons reçu 4000 personnes en 2017, des chiffres fous! Nous sommes un des plus gros bureaux d’accompagnateurs du canton. Et les demandes augmentent encore.

Il y a aussi votre partenariat avec l’Université de Lausanne.

Oui, il montre que la partie scientifique est fondamentale dans la gestion d’un site. Lavaux est vraiment devenu un terrain d’étude. Avec le monitoring de l’UNIL, et d’autres recherches, on amasse des connaissances sans dépenser un centime. Certains résultats inattendus nous donneront sans doute des pistes.

Vous avez aussi récemment créé un groupement des habitants, c’est important?

Impliquer les habitants est un des axes primordiaux! C’est aussi important que de fédérer les autorités et les acteurs économiques. Car c’est avant tout leur site.

Durant ces neuf ans, vous avez parfois eu des coups durs. Gestionnaire de site, ça use?

À aucun moment durant ces neuf ans, je ne me suis senti mal. Même si cela a été dur de faire comprendre que LPm ne prendrait pas part au débat de Sauver Lavaux III, ou s’il a fallu du temps pour que l’État nous soutienne à long terme. Je suis hyperreconnaissant de la confiance qu’on m’a témoignée.

Quelle est la suite pour vous?

C’est ouvert. J’aimerais bien participer à une nouvelle inscription Unesco. J’ai acquis de l’expérience et un réseau, ce serait dommage que je m’en coupe. D’ailleurs, je finirai mon mandat comme président des sites suisses inscrits (2017-2020). Et puis, si j’ai adoré travailler dans ce paysage magnifique, en tant qu’habitant d’Ollon, je me réjouis de retrouver le job d’accompagnateur en montagne.

Créé: 02.08.2018, 17h28

Un nouveau président

Jeanne Corthay remplacera Emmanuel Estoppey, dont elle est l’assistante, au poste de gestionnaire de site dès le 1er septembre. Elle dirigera ainsi un bureau majoritairement féminin (quatre postes sur six) et lui succédera au comité de l’Association Lavaux Patrimoine mondial, qui connaît trois autres changements.

D’abord, Jean-Jacques Gauer, président depuis sa création en 2013, a décidé de passer la main. L’habitant de Bourg-en-Lavaux veut se concentrer sur son activité hôtelière dans la région. C’est l’avocat lausannois Michel Chavanne qui prend sa place.

Ancien cadre au CICR puis à l’Institut fédéral de la propriété intellectuelle, il travaille depuis une quinzaine d’années dans le bureau r & associés, aux côtés du Vert Luc Recordon. On retrouve, parmi ses principaux domaines d’activité, le droit de la construction et l’aménagement du territoire et environnement.

Aussi, l’ancien député et syndic de Lutry, Armand Rod, a décidé de mettre fin à son mandat de trois ans avant son terme. Il avait été nommé comme représentant de l’État au sein du comité, un siège laissé vacant par le Canton entre 2013 et 2016. Son successeur n’est pas encore connu.

Enfin, le siège occupé initialement par l’ancienne gérante du Vinorama reviendra dorénavant à un membre du Groupement des habitants. Une voix est ainsi donnée à la population.

Quoi de neuf?

Dès la fin du mois, LPm s’installera dans la maison Buttin-de-Loës, à Grandvaux, en face de ses bureaux actuels. La demeure classée monument historique bénéficiera par là même d’une ouverture calquée sur les heures de bureau de LPm, du lundi au vendredi. Des expositions seront organisées dans ce qui deviendra enfin un vrai centre des visiteurs. Fin août sera aussi inaugurée la vigne pédagogique de Cully.

Mise à disposition par la Commune de Bourg-en-Lavaux, cette parcelle, qui raconte les différents stades de la plante, a été mise sur pied avec la collaboration de Changins et du Canton. Les écoliers de Puidoux bénéficieront aussi à la rentrée d’une médiation culturelle autour de l’inscription du site à l’Unesco.

Des cours créés par LPm sur la notion de patrimoine mondial, sur le paysage et le territoire et sur l’histoire de Lavaux leur seront dispensés. Enfin, le monitoring mené par l’UNIL se poursuivra. En outre, Lavaux est un des six lieux sélectionnés parmi 162 inscrits à l’Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels, dans le cadre d’une étude sur les plus-values pour l’économie d’un terrain protégé.

Articles en relation

Lavaux reprend la présidence des sites suisses Unesco

Patrimoine Emmanuel Estoppey, gestionnaire du site de Lavaux, présidera le World Heritage Experience Switzerland (WHES), qui regroupe tous les sites suisses inscrits au patrimoine mondial Plus...

Lavaux Unesco, dix ans de paysage en bouteilles

Intérieur Extérieur En 2007, la région viticole entrait au patrimoine mondial de l'humanité. Quel bilan dix ans après? Plus...

Pas de financement annuel de l’Etat pour Lavaux

Patrimoine Lavaux Patrimoine mondial demandait un soutien financier cantonal pérenne, l’association n’obtient qu’un représentant de l’Etat à son comité. Plus...

Cinq ans après, les discrètes retombées de l’inscription Lavaux-Unesco

Patrimoine mondial Après son inscription au Patrimoine mondial, le site n’a gagné que peu de visibilité. Un travail de fond est en cours Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.