Le licenciement d'un enseignant fait polémique

Ville de LausanneUn enseignant lausannois de 58 ans conteste son licenciement devant le Tribunal des prud'hommes. Les voies hiérarchiques n'auraient pas été observées.

Le licenciement de l'enseignant agite toujours le Gymnase Auguste-Piccard.

Le licenciement de l'enseignant agite toujours le Gymnase Auguste-Piccard. Image: Auguste Piccard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Suspendu ce printemps pour avoir tenu des propos déplacés et sexistes, un professeur de gymnase lausannois a été licencié au milieu de l'été. Les syndicats dénoncent une enquête administrative menée à charge et une sanction disproportionnée. Le Tribunal des prud'hommes est saisi.

L'enseignant de 58 ans était «libéré de son obligation de travailler» depuis la fin du mois de mars suite à la lettre d'un groupe d'étudiantes d'une classe du Gymnase Auguste-Piccard. Celles-ci reprochaient à ce professeur l'utilisation récurrente de termes vulgaires, explique mercredi le journal «Le Temps».

Cette suspension avait fait réagir ses collègues de gymnase, qui avaient critiqué une mise à pied disproportionnée. Mais le rapport demandé par le Canton à un expert externe a finalement abouti au licenciement de l'intéressé le 29 juillet, confirme à Keystone-ATS la Direction générale de l'enseignement postobligatoire (DGEP).

Dans une prise de position écrite, la DGEP «déplore que des éléments de cette affaire aient été divulgués publiquement» et se réserve le droit de donner suite à de «tels procédés». Elle explique que «sur la base d'un rapport d'un expert indépendant, elle a considéré que le lien de confiance était irrémédiablement rompu». Et assure que durant toute la procédure, les droits des divers protagonistes ont été respectés, en particulier le droit d'être entendu.

Pataquès général

Sur son site internet, l'Association vaudoise des maîtres de gymnase dénonce «un pataquès général aux conséquences ravageuses» de ce qui n'était au départ qu'un «banal conflit scolaire entre un enseignant et un groupe d'élèves, qui aurait dû être traité par la direction» de l'école. Elle déplore le non-respect des voies hiérarchiques et une enquête administrative «parodique, tenant pour des faits des allégations».

L'AVMG, dont l'enseignant est membre du comité, condamne un licenciement «injuste qui ressemble fortement à un règlement de comptes avec un maître farouchement indépendant et un syndicaliste déterminé». Le syndicat regrette qu'une «carrière de 30 ans, jusqu'ici sans tache» soit «sèchement interrompue». L'affaire est désormais portée devant le Tribunal des prud'hommes de l'administration vaudoise. (ats/nxp)

Créé: 07.08.2019, 13h08

Articles en relation

Émoi au gymnase après la mise à pied d’un enseignant

Formation Dans une lettre, l’assemblée des maîtres du gymnase Auguste-Piccard déplore la façon autoritaire avec laquelle le Département a agi dans cette affaire. Plus...

L'ex-prof abuseur condamné à 40 mois

Valais Le tribunal du district de Sierre a condamné ce mardi un ex-enseignant valaisan de 49 ans à 40 mois de prison ferme pour actes d'ordre sexuel avec des enfants. Plus...

Un prof fait fabriquer de l'ecstasy à ses étudiants

Japon Un Japonais enseignant la pharmacologie est soupçonné d'avoir fait fabriquer de la drogue à ses élèves pour parfaire «leur éducation». Plus...

Un ex-enseignant condamné à de la prison ferme

Pédopornographie Un ancien enseignant du secondaire fera un an de prison ferme pour des actes d'ordre sexuels avec des enfants. Il attirait ses victimes sur le net en se faisant passer pour une fille. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.