Une machine de guerre bicéphale pour soutenir la réforme fiscale

RIE IIIDeux comités pourraient voir le jour pour contrer le référendum de la gauche radicale. Le vote devrait avoir lieu le 20 mars.

Pascal Broulis entend rencontrer 5000 à 7000 personnes d'ici au scrutin, afin d'aborder le thème de la réforme fiscale.

Pascal Broulis entend rencontrer 5000 à 7000 personnes d'ici au scrutin, afin d'aborder le thème de la réforme fiscale. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les petits partis de la gauche radicale et leurs alliés syndicaux ont beau être seuls, les 17'000 signatures qu’ils ont récoltées contre la réforme fiscale des entreprises vont provoquer la naissance d’une véritable machine de guerre pour leur barrer la route. Alors que la votation aura lieu le 20 mars, selon toute vraisemblance, deux comités pourraient voir le jour pour soutenir la réforme acceptée par le Grand Conseil il y a quelques semaines: un comité de droite et un comité de gauche. Sans compter une possible intervention du gouvernement et de certains de ses membres.

Pourquoi un comité pour chaque bord politique contre la coalition Touche pas à mes services publics? La loi attaquée par le référendum – la loi sur les impôts directs cantonaux – prévoit de baisser l’impôt sur le bénéfice des entreprises de 22,1% à 13,8%, et d’augmenter au même niveau les impôts des entreprises à statut spécial.

Risque de détricotage

Tant la droite que la gauche auraient à perdre si les Vaudois refusent la loi. Car le Conseil d’Etat et le Grand Conseil y ont adjoint des contreparties sociales, comme l’augmentation des moyens pour les crèches ou les subsides à l’assurance-maladie. Même si aucun lien juridique ne réunit tout ça, le Conseil d’Etat a toujours annoncé que l’ensemble serait détricoté si le référendum est accepté.

Pour le député Stéphane Montangero, également président du Parti socialiste vaudois, créer deux comités n’est pas une marque de division. «Cela représente bien les différentes sensibilités sur un même vote, estime-t-il. Lors de la votation sur l’initiative «Contre l’immigration de masse», deux comités différents avaient été formés dans le canton de Vaud, et nous sommes le canton qui a voté le plus massivement contre cette initiative.»

Patrons dans l’arène

Convaincre les électeurs de chaque bord d’accepter des mesures qui plaisent avant tout à l’autre camp ne sera pas une mince affaire. Le comité de droite aura à cœur de mettre l’accent sur la baisse fiscale et la sécurité que cela engendrera pour la place vaudoise. Celui de gauche sur les contreparties sociales et le soutien à l’emploi.

Ils pourront compter sur le soutien des milieux économiques, le Centre Patronal et la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI) en tête. «Nous ferons partie des animateurs de cette campagne, pour soutenir cette réforme de toute première importance pour l’économie vaudoise», juge Christophe Reymond, directeur du Centre Patronal.

Quant au Conseil d’Etat, il pourrait intervenir en début de campagne, par exemple avec une conférence de presse expliquant sa position. Ses membres pourraient aussi s’engager. «J’ai déjà rencontré plus de 2000 personnes pour aborder ce thème, lors de conférences par exemple», explique le ministre libéral-radical des Finances Pascal Broulis. «Mon objectif est d’atteindre un chiffre de 5000 à 7000 avant le scrutin.»

Fer de lance du référendum, Jean-Michel Dolivo ne s’émeut pas de la taille de l’alliance qui prend forme face à la coalition. «Les 17'000 signatures que nous avons récoltées montrent qu’une part significative de la population n’avale pas les déclarations du Conseil d’Etat.» Il critique par contre l’implication du gouvernement dans la campagne, estimant qu’il doit agir de façon réservée. «Même si certains ministres peuvent donner leur avis, cela devient inquiétant s’ils dirigent la campagne», note-t-il.

Date pas encore validée

Quant à la date exacte de la votation, elle n’a pas encore été validée par le Conseil d’Etat. Le 20 mars – date du deuxième tour des élections communales – est une hypothèse plus que probable. Pour une raison juridique, le gouvernement attend de confirmer la date après que le Grand Conseil se sera prononcé sur une modification de la loi sur l’exercice des droits politiques (LEDP) la semaine prochaine.

Créé: 05.12.2015, 11h49

Articles en relation

Les Vaudois voteront sur la réforme fiscale des entreprises

Référendum La gauche radicale annonce avoir récolté 17'000 signatures contre la baisse de l'impôt sur le bénéfice, dans le cadre de la RIE III. Il ne lui en fallait que 12'000. Plus...

Unia ne rejoindra pas le front des référendaires contre la RIE

Fiscalité La Réforme fiscale des entreprises, version Conseil d’Etat, a reçu l’aval d’une large majorité des membres réunis mardi soir. Plus...

La position «compliquée» des roses-verts sur RIE III

Elections fédérales Vaud a adopté sa loi d’application de la réforme fiscale des entreprises sans attendre le cadre fédéral. Les candidats slaloment entre rejet et soutien. Plus...

Un calendrier serré complique la réforme fiscale vaudoise

RIE III Si le référendum aboutit, le Conseil d’Etat devra composer avec les élections communales pour organiser le vote. Casse-tête. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.