Des mages, trois miracles et des ingrédients païens

ÉpiphanieTraditions orientales, médiévales et païennes ont façonné cette célebration et se maintiennent aujourd’hui encore.

De simples «mages», Melchior, Gaspard et Balthazar deviendront rois, dans les textes apocryphes.

De simples «mages», Melchior, Gaspard et Balthazar deviendront rois, dans les textes apocryphes. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ce samedi 6 janvier, on croquera la couronne des Rois en évitant si possible de se casser une dent sur la fève qui s’y cache. Mais ce que l’on nomme aujourd’hui le «Jour des Rois» mérite mal son nom. Car, à l’origine, les Rois n’en sont pas. Et c’est le baptême du Christ que l’on célèbre à cette date, aux premiers siècles.

Seul Matthieu (2, 1-12) conte la visite de mages dans l’étable où Marie vient de donner naissance à Jésus. Son Évangile ne parle pas de rois, mais de «mages venus d’Orient», «des sages, des «chercheurs de vérité», note Jean-Claude Crivelli, chanoine à l’Abbaye de Saint-Maurice (VS).

L’auteur n’évoque pas leur nombre ou leur origine ethnique. C’est la tradition apocryphe qui leur donnera leurs noms - Melchior, Gaspard et Balthazar - et leur couleur de peau. Pratique: blanc, jaune et noir, ils symbolisent les peuples chrétiens du monde connu, venus s’incliner devant le Christ. Aumônier de l’Abbaye cistercienne de la Fille Dieu à Romont, François Clément refuse d’y voir une simple invention politique: «L’analyse scientifique des reliques des Rois à la cathédrale de Cologne va dans le sens des Écritures: les ossements sont ceux de personnes bien nourries et sont emballés dans de riches étoffes datant du Ier siècle.»

Dans la Syrie, l’Irak, l’Égypte et la Palestine actuelle, ce n’est pas la venue de ces personnages que l’on célèbre aux premiers siècles, mais le baptême du Christ dans le Jourdain. «Épiphanie signifie «manifestation», explique Jean-Claude Crivelli. Cet épisode marque le jour où Dieu se manifeste et désigne Jésus comme son fils.» Un troisième événement coïncide avec ces deux miracles: celui des noces de Cana, ajoute François Clément. «C’est là que le Christ réalise son premier miracle et se manifeste.»

Les peuples païens y voyaient un autre miracle: celui de la promesse du printemps. «On est près du solstice d’hiver et de la fête romaine du Sol Invictus, explique Jean-Claude Crivelli. Ce n’est pas un hasard si on place Noël à cette période: le Christ, lumière divine, chasse les ténèbres.» Les premiers jours de janvier marqueraient ainsi la fin de ce cycle solaire renaissant. Si la couronne renvoie clairement aux Rois, la galette, elle, symbolise le soleil. La fève qui s’y cache renverrait à une autre fête romaine, celle des Saturnales, préfigurant notre carnaval: celui qui la découvrait dans son gâteau devenait prince des Saturnales.

La meilleure couronne des rois

(24 heures)

Créé: 02.01.2018, 14h25

Les mages chez Matthieu

«Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent: «Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui.»

En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d’inquiétude, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scribes d’Israël, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils lui répondirent: «À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète: Et toi, Bethléem en Judée, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée; car de toi sortira un chef, qui sera le berger d’Israël mon peuple.»

Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant: «Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui.» Sur ces paroles du roi, ils partirent.

Et voilà que l’étoile qu’ils avaient vue se lever les précédait; elle vint s’arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents: de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.»

Évangile selon saint Matthieu (2, 1-12)

Articles en relation

La visite des mages, un dialogue interreligieux!

L'invité Le pasteur Claude Schwab évoque le message de l’Épiphanie Plus...

Elle était géante, la galette des Rois croquée à Nyon!

Epiphanie Les gourmands de tous âges ont fait la queue mardi soir pour obtenir l'une des 1200 parts de gâteau offert par les artisans boulangers de La Côte. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.