Passer au contenu principal

Une main artificielle intelligente pour amputés

L'EPFL présente une prothèse combinant contrôles humain et robotique

Placés sur le moignon du patient (ici sur le bras d'un sujet qui n'est pas amputé), des capteurs détectent les signaux provenant des muscles. L’algorithme apprend quel mouvement de la main correspond à quel type d’activité musculaire. Une fois déchiffrés les mouvements que souhaite exécuter l’utilisateur, l’information peut être exploitée pour contrôler individuellement les doigts de la prothèse.
Placés sur le moignon du patient (ici sur le bras d'un sujet qui n'est pas amputé), des capteurs détectent les signaux provenant des muscles. L’algorithme apprend quel mouvement de la main correspond à quel type d’activité musculaire. Une fois déchiffrés les mouvements que souhaite exécuter l’utilisateur, l’information peut être exploitée pour contrôler individuellement les doigts de la prothèse.
DR EPFL

Trois patients amputés et sept sujets bien portants ont testé «avec succès» la nouvelle main robotisée imaginée par des scientifiques de l’EPFL. Cette main artificielle intelligente dernier cri combine contrôle humain et contrôle robotique afin d’améliorer la prise et la manipulation d’objets.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.