Maintien historique d'une majorité de femmes dans un gouvernement cantonal

Cantonales 2017Avec l'élection de Béatrice Métraux et de Cesla Amarelle, Vaud poursuit l'exception féminine.

L'élection de la socialiste Cesla Amarelle et de la Verte Béatrice Métraux permet de maintenir une majorité de femmes au gouvernement cantonal pour une deuxième législature.

L'élection de la socialiste Cesla Amarelle et de la Verte Béatrice Métraux permet de maintenir une majorité de femmes au gouvernement cantonal pour une deuxième législature. Image: Keystone/Jean-Christophe Bott

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Ce n'est plus un accident de l'histoire, c'est un choix d'élire des humains. Des hommes et des femmes politiques.» La Conseillère d'Etat Nuria Gorrite était celle par qui, en 2012, le gouvernement vaudois avait basculé à majorité non seulement de gauche mais aussi de femmes.

Cette année, elle n'a pas eu à attendre le second tour pour être élue. Mais la double majorité qu'elle avait provoquée s'est fait attendre jusqu'à dimanche après-midi pour être reconduite, avec l'élection de la verte Béatrice Métraux et de la socialiste Cesla Amarelle.

En entamant une deuxième législature consécutive à majorité féminine, le canton de Vaud fait désormais figure d'exception. Zurich avait été un canton pionnier en la matière, avec une majorité de femmes entre 2003 et 2007. Mais la configuration n'avait pas été reproduite à l'élection suivante.

De quoi se réjouir

C'est chose faite pour le canton de Vaud. De quoi réjouir à gauche comme à droite. Jacqueline de Quattro était dimanche dans le camp des perdants mais y voyait une consolation. «J'ai un œil qui pleure et un œil qui rit. Comme PLR j'aurais souhaité un canton à majorité de droite et les gens nous ont assez largement suivis, sauf à Lausanne. Mais je suis heureuse du maintien de la majorité de femmes. Parce que nous avons fait beaucoup de choses. En étant peut-être moins présentes que le tandem Broulis-Maillard, peut-être dans une plus grande discrétion.»

Les deux élues rappellent les avancées effectuées ces cinq dernières années dans le domaine de la lutte contre les violences domestiques ou encore dans celle des inégalités salariales. «Dans l'administration, ça c'est le domaine de ma collègue Nuria Gorrite et dans les subventions et les marchés publics, ça c'est chez moi», résume Jacqueline de Quattro.

L'élue de droite se réjouit aussi qu'une femme ait été candidate dans son alliance pour le second tour. «Je veux rendre hommage à Isabelle Chevalley. D'abord parce qu'elle dépasse les 50 000 suffrages avec trois semaines de campagne durant lesquelles elle a été attaquée et décriée. Ensuite parce qu'elle a été courageuse de se présenter. Un dessin paru pendant la campagne qui la montrait en petite tenue en train de monter dans le lit de Jacques Nicolet m'a d'ailleurs beaucoup choquée. Et c'était un affront pour toutes les femmes.»

«L'arbre qui cache la forêt»

Le vote de dimanche confirme une nouvelle fois que «lorsque les femmes se présentent, elles sont élues», souligne l'équipe de politiciennes.ch. L'association des femmes engagées en politique était aux premières loges pour accueillir les deux élues du jour. «C'est symboliquement fort. Mais c'est l'arbre qui cache la forêt, souligne Delphine Oulevey, membre du comité. Puisqu'au Grand Conseil, il n'y a toujours qu'un tiers de femmes. Mais le pourcentage de candidates et le pourcentage d'élues sont quasiment identiques. C'est très motivant et nous allons continuer à encourager l'engagement et les candidatures.»

Nuria Gorrite, dont le parti avait proposé trois femmes pour remplacer Anne-Catherine Lyon sans pour autant thématiser sur cette question, rappelle aussi que les partis ont «une responsabilité immense pour que des femmes figurent sur des listes.» (24 heures)

Créé: 21.05.2017, 18h44

Articles en relation

Les femmes font du surplace sur les listes du Grand Conseil

Campagne Près de 900 candidats se présentent au parlement vaudois, dont seulement un tiers de femmes. En cinq ans, leur nombre n'a pas évolué. Plus...

L’heure d’une femme? La présidence devient un enjeu électoral

Elections cantonales Avec Pierre-Yves Maillard, la présidence vaudoise de cinq ans vit sa deuxième expérience. Le socialiste ne s’accrochera pas à un mandat qu’il a aimé exercer. Il en cerne l’utilité et les limites. Plus...

Plan de bataille féminin pour atteindre la parité en politique

Elections Des associations vaudoises proposent des pistes pour lutter contre la sous-représentation des femmes en politique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ignazio Cassis semble avoir une longueur d'avance sur Isabelle Moret et Pierre Maudet dans la course au siège vacant au Conseil fédéral.
(Image: Bénédicte) Plus...