La majorité des candidats veut plus d’informatique à l’école

Elections cantonalesLes profs de la Société suisse pour l’informatique dans l’enseignement ont sondé les prétendants au Conseil d’Etat.

L'informatique sera par la force des choses plus présente en classe avec le temps. Il s'agira à la fois d'introduire les outils, mais aussi la compréhension de ces outils et de la science informatique. Les candidats au Conseil d'Etat sont presqu'unanimes à vouloir cette évolution.

L'informatique sera par la force des choses plus présente en classe avec le temps. Il s'agira à la fois d'introduire les outils, mais aussi la compréhension de ces outils et de la science informatique. Les candidats au Conseil d'Etat sont presqu'unanimes à vouloir cette évolution. Image: PHILIPPE HUGUEN/AFP/A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Les choses s’apprêtent à bouger, mais nous voulons interpeller le futur Conseil d’Etat vaudois.» Vice-président de la Société suisse pour l’informatique dans l’enseignement (SSIE), Gabriel Parriaux est optimiste tout en mesurant le chemin qu’il reste encore à faire. Avec ses collègues, il a organisé un questionnaire sur l'informatique à l'école auprès des candidats au gouvernement vaudois parmi lesquels se trouve la ou le successeur d’Anne-Catherine Lyon.

Sur cette question, Vaud a du retard, comme les autres cantons romands. Et pour cause, le PER (Plan d’étude romand) ne comprend pas l’informatique comme branche à part entière, alors que le Lehrplan 21, son homologue suisse alémanique, l’inclut. C’en est au point que les cantons bilingues ont des problèmes d’harmonisation. «Dans le monde occidental, il y a une tendance nette dans les classes en faveur de l’enseignement de la pensée computationnelle, souligne Gabriel Parriaux. Elle fait partie de la culture en Angleterre, en Allemagne, en France ou en Pologne.»

«Tous n’ont pas les connaissances les plus fines, mais nous avons été surpris en bien»

Globalement, il ressort du questionnaire auquel 13 candidats sur 15 ont répondu que leur niveau de connaissance du domaine est bon: «Tous n’ont pas les connaissances les plus fines, nuance Gabriel Parriaux, mais nous avons été surpris en bien. Nous notons par ailleurs que Sylvie Villa (ndlr candidate PDC de l’Alliance du Centre) est très au point.»

Les prétendants sont toutefois de différentes chapelles sur la question de la place que la science informatique doit avoir dans l’école. Il y a ceux qui, s’ils étaient élus, seraient pro-actifs avec un enseignement sur les possibilités d’apprentissage que permet la numérisation et les autres qui préféreraient une ouverture plus mesurée ou plus critique. Yvan Luccarini, le candidat de Décroissance-Alternatives, plaide quant à lui pour «un rapport réel et physique au monde d’abord», tandis qu’Hadrien Buclin (Solidarités) insiste sur la nécessité d’une approche «non-marchande», notamment avec des logiciels libres. La prévention dans le cadre de l’utilisation d’Internet est en outre souvent évoquée.

Plusieurs candidats soutiennent un enseignement de l’informatique assorti d’une introduction à la pensée computationnelle qui se trouve au croisement entre la créativité humaine et la numérisation de l’information. Pour Sylvie Villa, Serge Melly (Vaud Libre), Céline Misiego (POP), Jacques Nicolet (UDC), les trois candidats socialistes (Amarelle, Maillard, Gorrite), François Pointet (Vert’libéral), l’écologiste Béatrice Métraux et Jacqueline de Quattro (PLR), un accès à cette forme d’abstraction devrait pouvoir se faire dès l’école primaire. Pascal Broulis (PLR) livre sa «vision de l’école» et n’aborde pas précisément la question, tandis que Guillaume (Toto) Morand et Philippe Leuba (PLR) ne répondent pas du tout.

Un modèle «one to one»

Reste la question des moyens. Faut-il investir afin d’équiper chaque élève d’un appareil numérique personnel?, demandent les sondeurs. Pascal Broulis, réputé pour son utilisation parcimonieuse des deniers de l’Etat, serait d’accord de soigner en particulier «la modernisation et l’informatisation des moyens d’enseignement». Il ne dit pas s’il serait d’accord de financer un modèle «one to one» (un élève, une tablette).

Les trois socialistes, qui ont fait répondre par leur parti, militent pour un meilleur équipement de la classe avant tout. Jacqueline de Quattro veut privilégier les «projets locaux», tandis que Béatrice Métraux donne une réponse en demi-teinte en estimant qu’il «fait sens» d’équiper chaque élève, mais que cela ne doit pas se faire «au détriment de l’empathie et de la solidarité».

Yvan Luccarini et Hadrien Buclin militent pour les cahiers et les crayons en priorité, tandis que leur collègue d’Ensemble à gauche, Céline Misiego, veut d’abord du matériel informatique convenable dans l’ensemble des classes vaudoises. Sylvie Villa, proche de l’informatique par sa profession d’ingénieure, juge que la question ne devrait pas se poser, «vu le prix décroissant du matériel». Son colistier Serge Melly n’a aucun doute non plus.

«La maîtrise d’un outil ne signifie pas la maîtrise d’une matière»

Enfin, François Pointet, proche lui aussi des sciences dures (docteur en maths et informaticien, 24 heures de mercredi), rappelle que «la maîtrise d’un outil ne signifie pas la maîtrise d’une matière». Il verrait bien l’engagement de spécialistes du développement pour réussir la transition numérique de l’école. L’ensemble des réponses des candidats est accessible sur //informatique.education.


Note: Un autre sondage du même type mais sur une matière totalement différente a été réalisé par les associations Lilith et VoGay. Il est consultable à l'adresse www.vaud.lgbt (24 heures)

Créé: 20.04.2017, 11h29

L'école intéresse les candidats

La Société pédagogique vaudoise (SPV), l’un des trois syndicats des enseignants, a également mené son enquête, mais avec un angle plus large. De manière à informer ses 2800 membres et pour les aider à voter, elle s’est fendue de 14 questions sur la formation des enseignants, sur les devoirs à la maison, sur le taux d’encadrement des élèves ou sur l’abandon du certificat de fin d’études.

Cette fois, tout le monde a répondu. A cette nuance près que les sortants Maillard, Gorrite, Broulis, Leuba, de Quattro et Métraux ont délégué les réponses à leurs partis respectifs (PSV, PLR et Verts). Pour ce qui est des challengers, des commentaires détaillés sont donnés, qui renseignent les électeurs sur la vision de l’école que peuvent avoir des candidats peu rompus aux questions scolaires pour la plupart.

L’un des enseignements que tire la SPV de ce document assez complet consiste dans le fait que 14 des 15 prétendants, y compris les trois partis majoritaires, sont ouverts à augmenter les moyens à destination de l’école. Le président de la SPV, Gregory Durand, fait valoir que le syndicat s’en souviendra une fois que le nouveau ou la nouvelle responsable du Département formation et jeunesse sera connu(e). Le document est accessible sur www.spv-vd.ch.

Articles en relation

Une école vaudoise mise sur la tablette

Enseignement Le collège privé de Champittet prend le tournant du numérique. Depuis la rentrée, 689 iPad ont été distribués. Un phénomène en développement Plus...

L’écran interactif s’impose dans les classes vaudoises

Enseignement Le collège de Nyon-Marens s’est équipé de tableaux numériques dernier cri. Il n’est pas le seul. Plus...

L'école vaudoise n'est pas prête pour s'ouvrir aux smartphones

Pédagogie Une brochure de la Confédération fait l’apologie de la technologie à l’école, mais l’usage du téléphone peine à convaincre. Plus...

François Pointet est «formé à résoudre des problèmes»

Elections cantonales Le mathématicien vert’libéral n’est pas un politicien aguerri mais veut apporter son expérience privée au sein du Conseil d’Etat. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...