Passer au contenu principal

Malaise et inquiétude dans les cures protestantes vaudoises

Des licenciements ébranlent l’Eglise réformée du canton. Les autorités calment le jeu.

Le pasteur a manifesté sa colère devant la cathédrale de Lausanne. Cette photo a été publiée dans la newsletter de Saint-Laurent-Eglise.
Le pasteur a manifesté sa colère devant la cathédrale de Lausanne. Cette photo a été publiée dans la newsletter de Saint-Laurent-Eglise.
LDD

L’affaire a fait du bruit sous les clochers du Chablais vaudois: après avoir officié pendant six ans dans la paroisse des Avançons, qui couvre Bex et Gryon, le pasteur Daniel Nagy a été licencié de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) à la fin de l’année dernière. Agé de 35 ans, le ministre au cursus atypique (il a étudié à l’Ecole cantonale d’art de Lausanne) avait notamment mis sur pied un petit ciné-club dans sa paroisse afin de développer le contact entre ses ouailles. Une initiative qui avait été relayée par «24 heures». Il y a quelques jours seulement, au Pays-d’Enhaut, c’est un second pasteur qui a été mis à la porte.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.