La «mama» condamnée pour traite d'êtres humains

VerdictLa mère maquerelle nigériane ayant livré des compatriotes à la prostitution écope de 3 ans ferme.

Le Cour correctionnelle de Lausanne a condamné la maquerelle nigériane à trois ans ferme.

Le Cour correctionnelle de Lausanne a condamné la maquerelle nigériane à trois ans ferme.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En recevant son verdict, elle s’est jetée au sol en hurlant. Esther* niait tout, mais la Cour correctionnelle de Lausanne ne l’a pas crue. La prostituée nigériane accusée de s’être livrée à la traite d’êtres humains en faisant venir en Suisse au moins quatre compatriotes pour les contraindre à se prostituer écope de 3 ans ferme et de 180 jours-amende, assortis d’une expulsion de Suisse pour une durée de 8 ans.

Menace de magie noire

Le tribunal a suivi les arguments du procureur Éric Mermoud, qui retraçait dans son acte d’accusation le parcours de la plaignante, conduite du Nigeria aux trottoirs lausannois alors qu’elle n’avait que 17 ans. Chef d’accusation rare, la traite d’êtres humains qualifiée a été retenue. En guise de contrainte, la mère maquerelle, «mama» dans le jargon, usait de la menace d’une magie noire très répandue en Afrique de l’Ouest, le «juju», supposé pouvoir causer souffrances ou mort à toute personne s’étant fait préalablement prélever des tissus corporels.

«La Cour a acquis la conviction certaine que la plaignante dit la vérité», a déclaré le président Philippe Colelough lors de la lecture du verdict. «Au contraire de la prévenue, une mère maquerelle sans scrupule ni compassion, qui a menti face aux enquêteurs», a-t-il ajouté en qualifiant cette dernière de «cruelle et cupide» pour avoir «constamment harcelé la plaignante en la maintenant dans la terreur».

Potentiellement libre d'ici à la fin du mois

Malgré le jugement de culpabilité, Esther pourrait être libérée prochainement. Si elle venait à bénéficier d’une libération conditionnelle, possible aux deux tiers de la peine, elle sera libre d’ici à la fin du mois.

* Prénom d’emprunt F.W.D.M./ATS (24 heures)

Créé: 06.12.2018, 20h45

Articles en relation

Elles vendent leur corps par peur de la magie noire

Lausanne Le procès d’une Nigériane accusée d’avoir forcé des compatriotes à se prostituer éclaire les trafics de femmes de cette contrée. Plus...

Un «cas d’école» de la traite d’êtres humains

Procès Le Ministère public a requis 3 ans ferme contre une Nigériane accusée d’avoir exploité des compatriotes en les menaçant par la magie noire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...