La manif des animalistes dérape

LausanneQuelques éleveurs s'en sont pris aux manifestants devant le salon agricole Swiss Expo, déchirant leurs banderoles et les insultant.

Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une soixantaine d'activistes étaient présents devant le Palais de Beaulieu. Ils s'étaient réunis pour dénoncer le principe même de l'abattage et de l'exploitation des animaux.

La manifestation, autorisée, a dégénéré lorsque les discours des militants ont débuté. «On s'est retrouvés entourés par les éleveurs. On nous a arraché nos pancartes, jeté des oeufs, de la bière, de l'eau. C'était un peu n'importe quoi», raconte Fabien Truffer, porte-parole de l'association Pour l'Egalité Animale (PEA).

La police s'est interposée entre les deux camps. «Il n'y a semble-t-il pas eu de coups. Nous n'avons pas dû faire usage de la contrainte», a expliqué Sébastien Jost, porte-parole de la police de Lausanne. Durant l'empoignade, un exposant aurait été légèrement blessé à la tête par le jet d'un objet.

Insultes

Les insultes ont fusé de la part de quelques éleveurs. Alors que les manifestants scandaient sans relâche leurs slogans ironiques: «Finir à l'abattoir, c'est bonnard», «Sans bidoche, le monde serait moche», «La torture, c'est notre culture» ou encore «Bravo Swiss Expo pour la traite des animaux».

Jacques Rey, président du salon, a regretté que «les feux des projecteurs des médias se soient braqués sur les militants plutôt que sur le labeur des éleveurs», explique-t-il dans un communiqué.

Durant quatre jours, quelque 24'000 personnes ont visité ce salon de référence en Europe. Éleveurs nationaux et étrangers ont pu faire découvrir le fruit de leur travail en matière d'élevage et de sélection génétique, explique un communiqué de presse. Pour la 4ème année, tous les concours étaient retransmis en live streaming sur le site Schweizerbauer.

Evènement remis en question

Environ 130 exposants, 400 éleveurs et un millier de vaches étaient présents à Lausanne. Un millier d'enfants de la région lausannoise ont visité le site. Malgré ce succès, les organisateurs n'ont pas caché leurs interrogations quant à l'avenir de la manifestation.

Trois mois avant l'événement, l'organisateur de foires MCH a décidé de lâcher Le salon. «Il a fallu tout l'engagement et la persévérance des organisateurs pour que Swiss Expo reprenne à son compte et au pied levé la mise en place de la manifestation», selon le communiqué.

Les organisateurs ont dit leur «attachement» à Lausanne mais leurs doutes quant à l'avenir de Swiss Expo à Beaulieu «sans un véritable soutien des autorités lausannoises». Jacques Rey ne «comprend pas» que les autorités de la ville ne soutiennent pas davantage Swiss Expo, un événement fait pour resserrer les liens entre producteurs et consommateurs, entre citadins et ruraux, explique-t-il. (ats/nxp)

Créé: 13.01.2018, 16h48

Galerie photo

Swiss expo 2018: la manif' des animalistes dérape à Lausanne

Swiss expo 2018: la manif' des animalistes dérape à Lausanne Quelques éleveurs s'en sont pris aux manifestants devant le salon agricole Swiss Expo, déchirant leurs banderoles et les insultant.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

C'est la guerre du rail entre CFF et BLS. Paru le 20 avril 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...