Passer au contenu principal

Le marché immobilier dans la démesure des taux

À en croire les chiffres officiels des logements vacants, on est très loin de la détente annoncée. Pourtant, des professionnels tirent la sonnette d’alarme.

Bernard Nicod n’est pas le seul à tirer la sonnette d’alarme, même si le canton de Vaud n’est concerné qu’en partie.
Bernard Nicod n’est pas le seul à tirer la sonnette d’alarme, même si le canton de Vaud n’est concerné qu’en partie.
VANESSA CARDOSO

À voir les piles de dossiers qui encombrent son bureau de notable, on comprend que Bernard Nicod est féru de chiffres. Quand il découvre les plus récents portant sur les logements vacants au 1er juin 2019, publiés la semaine dernière par l’Office fédéral de la statistique (OFS) et par le Service cantonal de recherche et d’information statistique (SCRIS, Statistique Vaud) sous le titre «Progression modeste des logements vacants» (voir infographie), son sang ne fait qu’un tour. Selon lui, ces chiffres ne rapportent pas la réalité qu’il vit sur le terrain à travers son groupe immobilier qui gère 2250 immeubles, correspondant à quelque 46'200 baux (logement et commercial).

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.