Passer au contenu principal

Mathieu Fleury quitte la Haute Ecole de musique

Dans le cadre de la refonte de l’institution, le directeur administratif et le conseil de fondation ont pris cette décision «d’un commun accord».

Mathieu Fleury est entré en fonction à la HEMU en janvier 2017.
Mathieu Fleury est entré en fonction à la HEMU en janvier 2017.
Patrick Martin - A

La direction de la Haute École de musique Vaud-Valais-Fribourg et Conservatoire de Lausanne (HEMU-CL) a annoncé ce vendredi à ses collaborateurs le départ d’ici à la fin de l’année académique du directeur administratif, Mathieu Fleury. La décision a été prise «d’un commun accord et dans le respect mutuel».

Les causes de ce départ sont liées à la refonte de la gouvernance de l’HEMU. D’un directeur unique, accompagné dans ses tâches par un directeur administratif et des directeurs de sites, la haute école passe à une direction transversale. «Dans ce cadre, mon poste devient plus strictement administratif, ce qui m’intéresse moins, explique Mathieu Fleury. N’étant pas musicien, je n’ai pas le profil pour occuper un autre poste de direction. Et mes aspirations me poussent vers une cause qui me fera vibrer, après la presse, les consommateurs et la musique (ndlr: il a été à la tête d’Impressum, de la FRC, avant de rejoindre l’HEMU. Il est aussi président du Festival international du film et de la Fête de la musique de Fribourg). Mes besoins et ceux de l’école ne se rejoignent simplement plus.»

Une décision «mûrie très sereinement»

Josiane Aubert, présidente de la fondation, raconte que la décision a été «mûrie très tranquillement et sereinement» de part et d’autre. Elle remercie le directeur sortant pour «sa loyauté, son dynamisme et son fair-play extraordinaire» dans la restructuration entreprise dès 2018. Elle insiste sur la période difficile durant laquelle Mathieu Fleury a œuvré. Ce dernier reconnaît: «Je suis resté à bord quand c’était vraiment dur. Maintenant que la maison se rétablit, je peux partir sans la mettre en péril.»

Il reste des problèmes à régler. Actuellement, une enquête externe est menée sur le site du Flon, après que la direction générale a été alertée d’une détérioration du climat de travail. La directrice de site a été «libérée de son obligation de travailler» durant cet examen. «L’arrivée de la nouvelle directrice générale (ndlr: Noémie L. Robidas, en mars 2019) a suscité l’espoir et de nombreux collaborateurs lui ont fait part de doléances, explique Josiane Aubert. Nous prenons les choses les unes après les autres, pour tenter d’y voir clair.»

Le poste de directeur administratif sera mis au concours prochainement, pour la rentrée 2020-21. Il complétera la nouvelle direction transversale, qui, depuis le 1er janvier, compte deux adjoints: Angelika Güsewell (recherche) et Alain Chavaillaz (formation). La direction du Conservatoire devrait bientôt être repourvue. Pour l’adjoint aux Musiques actuelles, il faudra attendre les résultats de l’enquête externe.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.