Merck continue d’investir pour mieux grandir dans le canton

BiotechnologieLe groupe a posé la première pierre d’un nouveau bâtiment, vendredi à Aubonne. Une centaine d’emplois seront créés en 2016.

Le conseiller d’Etat Philippe Leuba, les représentants de Merck et de la ville d’Aubonne ont déposé une capsule temporelle, vendredi matin.

Le conseiller d’Etat Philippe Leuba, les représentants de Merck et de la ville d’Aubonne ont déposé une capsule temporelle, vendredi matin. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La division biopharmaceutique du groupe allemand Merck – qui a abandonné le nom de Merck Serono la semaine dernière – continue de capitaliser sur le canton. A Aubonne, une année après avoir inauguré un centre biotechnologique dernier cri, la société a posé la première pierre de son futur centre de logistique et de conditionnement des produits finis, qui sera opérationnel en 2017.

A terme, ce nouveau bâtiment de packaging, devisé à 27 millions de francs, permettra de rassembler les activités de production réparties sur les sites de Coinsins et d’Aubonne tout en faisant face à l’augmentation des activités. C’est aussi ici – ainsi qu’à Corsier-sur-Vevey – que sera développée une nouvelle molécule dans le domaine de l’immuno-oncologie.

De gros investissements

Le groupe pharmaceutique, qui produit des traitements spécifiques pour lutter contre le cancer, la sclérose en plaques, l’infertilité et les troubles métaboliques, a profité de l’occasion pour annoncer la création d’emplois tout en poursuivant ses investissements.

Actuellement, 1130 personnes travaillent pour la société sur les trois sites vaudois (610 à Aubonne, 450 à Corsier-sur-Vevey et 70 à Coinsins). «Nous avons créé 100 emplois dans le canton en 2015 et nous projetons d’en créer une centaine supplémentaire l’année prochaine, précise Thierry Hulot, responsable de la biopharma chez Merck. Nous investissons également 20 millions de francs par an à parts égales sur nos sites d’Aubonne et de Corsier-sur-Vevey.»

Hier, pour écouter ces bonnes nouvelles, de nombreux élus de la région ainsi que Philippe Leuba, conseiller d’Etat en charge de l’Economie, avaient fait le déplacement à Aubonne. «La création d’emplois du groupe Merck dans notre canton est considérable. C’est une excellente nouvelle pour l’économie locale et vaudoise, estime le ministre. De plus, la biotechnologie est l’un des créneaux retenus par le Canton dans sa diversification économique, car il est important de ne pas mettre tous nos œufs dans le même panier.»

Après le choc de la fermeture du site de Merck Serono à Genève, en 2012, l’avenir semble donc bel et bien s’éclaircir. Pour mémoire, à cette époque, Merck avait rapatrié sa division genevoise en Allemagne. Quelque 1250 employés ont perdu leur poste. La casse avait toutefois été limitée en terre vaudoise, puisque le dégraissage concernait 80 employés.

Une vallée de la santé

«Désormais, le plus gros challenge est de maintenir une véritable health valley sur l’arc lémanique et plus particulièrement dans le canton de Vaud», poursuit Thierry Hulot. Pour ce faire, le groupe va rester particulièrement attentif à la problématique du franc fort ainsi qu’à la taxation des entreprises.

A ce titre, Philippe Leuba rappelle que la feuille de route fiscale vaudoise, adoptée par le Grand Conseil dans le cadre de la réforme fédérale de l’imposition des entreprises (RIE III) et combattue dans un référendum, permet aux multinationales de connaître d’ores et déjà le régime qui sera applicable à l’avenir. «Ce cadre fiscal est essentiel pour qu’elles puissent prévoir des investissements sur le long terme», argumente-t-il encore.

Les projets de développement de Merck dans le canton ne devraient d’ailleurs pas s’arrêter en si bon chemin. Pour absorber la masse salariale, le groupe loue temporairement des locaux administratifs dans la zone industrielle de l’Ouriettaz à Aubonne, avant de racheter le bâtiment de la Société électrique des forces de l’Aubonne (SEFA) dans les deux prochaines années. A plus long terme, la volonté de la firme est de rapatrier les activités de production de Coinsins sur le site aubonnois. Aucun délai n’est toutefois encore fixé. (24 heures)

Créé: 23.10.2015, 22h08

En chiffres

27 En millions de francs, il s’agit de la somme investie pour le nouveau bâtiment de packaging sur le site aubonnois.

20 millions sont investis par an dans les sites d’Aubonne et de Corsier.

130 Soit le nombre d’emplois actuels du groupe Merck dans le canton.

212 Il s’agit du nombre d’emplois créés par Merck en 2014 et en 2015 dans le canton.

1983 Soit l’année d’implantation de l’entreprise de biotechnologie à Aubonne.

Articles en relation

Merck Serono capitalise sur Aubonne

Industrie Le groupe pharmaceutique prévoit d’exploiter deux bâtiments administratifs voisins en plus d’un nouveau centre en travaux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.