Mètre après mètre, le tunnel avance sous l’avenue d’Échallens

LausanneTrois mois après le début de son percement, le futur tunnel du LEB prend corps. Reportage à vingt-cinq mètres sous terre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À environ vingt-cinq mètres sous l’avenue d’Échallens, à Lausanne, deux grosses boules fixées à l’extrémité d’un bras articulé grattent inlassablement la molasse, tous les jours de 6h à 22h. Soixante ans après les premières réflexions, le tunnel du Lausanne-Échallens-Bercher devient, mètre après mètre, une réalité. Les travaux préparatoires ont débuté il y a presque deux ans, ceux de l’excavation proprement dite le 28 janvier dernier. Et, pour l’instant, ils avancent selon le planning établit, qui prévoit une mise en service à fin 2020.

Molasse en poudre

Partie en direction de la gare d’Union-Prilly depuis le puits géant creusé dans le parc de la Brouette, la haveuse principale progresse dans le mur de molasse au rythme de 3,5m par jour. Malgré les énormes ventilations mises en place, la chaleur est étouffante. À l’arrière de cette machine affichant 120 tonnes sur la balance, un camion récupère la roche transformée en poudre. Il l’emmène ensuite dans le puits d’accès, où il profite d’une plateforme pour déverser son chargement, qui tombe une quinzaine de mètres plus bas dans un silo. Récupérée sur un tapis roulant, la molasse traverse un tunnel secondaire pour aller se déverser dans des wagons circulant dans le tunnel d’accès à l’usine d’incinération Tridel. Un système d’évacuation qui constitue «la» bonne idée du chantier, puisqu’il évite la circulation d’une cinquantaine de camions par jour dans le centre-ville.

Chantier LEB

Publiée par Région Gros-de-Vaud sur Mercredi 8 mai 2019

Pour réduire la durée du chantier et libérer au plus vite l’avenue d’Échallens, le chantier avance en deux autres endroits simultanément. Tournant le dos à la haveuse principale, une machine plus petite creuse le tunnel en direction de la gare souterraine de Lausanne-Chauderon. La jonction ne pourra toutefois se faire en laissant les trains circuler: une interruption est déjà planifié entre juillet et octobre 2020.

Pour découvrir le dernier chantier du percement, il faut d’abord «ressortir du trou». Le retour à la surface prend plusieurs minutes, en gravissant les 196 marches d’un escalier en colimaçon installé dans le puits de 45 mètres de fond.

Sortie de secours

Une profondeur qui permettrait d’y cacher la Tour de Sauvabelin et de poser encore par-dessus le plus haut des plongeoirs de la piscine de Bellerive! En remontant à pied l’avenue Recordon, on croise un chantier secondaire: des ouvriers s’activent pour construire un accès perpendiculaire, qui servira – on espère jamais – de sortie de secours et d’accès pompiers.

Une rame du LEB salue notre arrivée à l’autre extrémité du futur tunnel. Grâce à un pont métallique posé l’été passé, les trains survolent désormais le chantier de construction de la trémie, cette rampe que les trains emprunteront pour pénétrer sous terre. L’entrée du futur tunnel est en cours de bétonnage. Une équipe excave aussi la roche dans l’autre sens pour réaliser 200m de tunnel «en contre-attaque». D’ici à quelques mois, la haveuse partie du parc de la Brouette, à 1,1km de là, se fera entendre juste de l’autre côté du mur. Une page de l’histoire de la compagnie se tournera ce jour-là.

www.t-l.ch/le-tunnel-du-leb (24 Heures)

Créé: 10.05.2019, 06h53

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.