Meurtre de Chavannes: le beau-frère a avoué

HomicideLa police cantonale a interpellé un ressortissant kosovar de 27 ans, beau-frère de l'homme tué par balles lundi. Il a reconnu les faits.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est à la Chaux-de-Fonds que la police a arrêté l'auteur de l'homicide commis lundi à Chavannes-près-Renens. L'homme, un Kosovar de 27 ans, a été interpellé de nuit, vers 1h30 du matin, dans un appartement où il était hébergé par des compatriotes.

Quatre personnes présentes dans l'appartement ont été arrêtées, et une arme appartenant au suspect a été trouvée.

Drame familial
L'homme a immédiatement reconnu les faits. Il a admis avoir tiré trois coups de feu sur la victime, qui était son beau-frère. Pour la police, il s'agit d'un litige familial.

Les investigations se poursuivent pour déterminer les circonstances exactes du drame, ainsi que le rôle des autres protagonistes.

Cette arrestation a mobilisé plus d'une trentaine de gendarmes vaudois travaillant 24h sur 24h, indique la police cantonale, et a pu être réalisée en collaboration avec la police cantonale de Neuchâtel.

Créé: 01.11.2012, 11h56

Articles en relation

Meurtre de Chavannes-près-Renens: la famille raconte

Drame Les proches du père de famille qui a été abattu de plusieurs balles dressent le portrait d’un homme sans histoires Plus...

Abattu par balles, un habitant de Chavannes-près-Renens gisait dans un box

Homicide Atteint de plusieurs balles, un Suisse d'origine kosovare a été retrouvé étendu dans un garage de l'avenue de la Gare lundi après-midi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.