Passer au contenu principal

Mex vit aussi très bien sans éclairage nocturne

Le village de 750 habitants éteint ses lampadaires de minuit à 5h du matin.

Depuis le 1er avril dernier, seuls les phares des voitures éclairent les rues du village de Mex de minuit à 5h du matin.
Depuis le 1er avril dernier, seuls les phares des voitures éclairent les rues du village de Mex de minuit à 5h du matin.
Florian Cella

La question de l’extinction de l’éclairage public durant la nuit est en vogue. Une récente consultation organisée à Yverdon a montré que la population y était favorable (notre édition du 4 juillet). Et le Grand Genève vivra le 26 septembre prochain l’opération La Nuit est belle, à laquelle Nyon a décidé de participer.

Dans la petite commune de Mex – 750 habitants à cheval entre le Gros-de-Vaud et l’Ouest lausannois –, les choses ont été plus simples, rapides et concrètes. Après une lettre d’information, la Municipalité a décidé à l’unanimité de «couper le jus» dans le centre du village toutes les nuits de minuit à 5 heures du matin. Résultat après cinq mois d’expérimentation: rien, ou presque.

«On a vraiment eu très peu de réactions, constate avec satisfaction la municipale Renée Marendaz. Une ou deux personnes opposées et quelques remarques, notamment sur le fait que, sans éclairage public, on voyait un peu plus chez les gens. Nous allons donc très certainement continuer.» Contrairement à certaines craintes, aucune recrudescence de cambriolages n’a été constatée. Riche de ce bilan, l’Exécutif a contacté «24 heures» pour le faire connaître. «Comme le sujet revient régulièrement dans les discussions entre municipaux ou syndics et que beaucoup n’osent pas se lancer, on s’est dit qu’il pouvait être bénéfique de partager notre expérience.»

Concrètement, le village a fait équiper quatre de ses cinq armoires électriques d’horloges-interrupteurs. Coût de l’opération: quelques centaines de francs, pour une réduction d’environ un tiers de la facture d’électricité.

Les commentaires de trois citoyens croisés dans les rues confirment les constats de la municipale. «C’est très bien comme ça», coupe court un agriculteur engrangeant son foin pour l’hiver. «Pour ce que ça servait, ça ne change pas grand-chose», assure un homme d’affaires passant vite à la maison. Une jeune maman est même enthousiaste: «Non seulement ça va dans le bon sens, mais comme je n’ai pas de volets à la fenêtre de ma chambre, ça m’arrange bien!»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.