Passer au contenu principal

Mgr Morerod commande ses bières à Échallens

La Brasserie La Challensoise a produit les cuvées 2017 et 2018 de la bière de l’évêque.

Mgr Charles Morerod se servant une Caramélite, la bière (challensoise) de l’évêque 2018.
Mgr Charles Morerod se servant une Caramélite, la bière (challensoise) de l’évêque 2018.
DR

Mercredi soir à Fribourg, c’était «soirée mousse» à l’évêché. Mgr Charles Morerod présentait en effet la quatrième cuvée de sa bière de l’évêque, malicieusement baptisée «La Caramélite». Une bière très vaudoise, puisque brassée à Échallens. Tout comme l’était d’ailleurs sa bière de l’an passé, «L’Amère supérieure».

«Peu de temps après la création de La Challensoise, nous avons reçu un coup de fil de l’évêché qui cherchait des brasseries pouvant lui fournir une petite série de bières personnalisées. Pour nous, c’était complètement inattendu», se souvient Landry Pahud, cofondateur et associé de la brasserie d’Échallens.

Les brasseurs vaudois ayant répondu par l’affirmative, Mgr Morerod ne tarda pas à débarquer dans le Gros-de-Vaud avec une petite délégation et des idées bien précises. «C’est le jeu de mots qui détermine le choix de la bière, explique Léonie Dumoulin, collaboratrice de l’évêché et détentrice de la patente. L’an passé, elle devait donc être amère et cette année avoir un lien avec le caramel.»

De l'amertume et du caramel

Coup de chance pour les Challensois, La Murgée et La Pèdze, deux bières de leur gamme, correspondaient à ces critères. La première par son amertume, la seconde par son produit de base, un malt caramélisé, logiquement appelé caramalt. «En plus nous avons trouvé que l’ambiance de cette brasserie était jeune et sympa», complète la collaboratrice de l’évêché. Et quid de la confession du brasseur? «Nous ne nous sommes pas posé la question. La priorité est de travailler avec des brasseurs répartis dans tout le diocèse, qui couvre les cantons de Fribourg, de Vaud, de Genève et de Neuchâtel.»

Dotées d’une étiquette spécifique, les bières de l’évêque ne sont vendues que par l’évêché, directement à Fribourg. Et les bénéfices de l’opération sont reversés à des organismes caritatifs, cette année Caritas Fribourg et l’association veveysanne To go to Togo, qui soutient le développement d’une commune rurale en Afrique.

Après deux années de collaboration fructueuse, l’équipe de la Brasserie du Gros-de-Vaud sait toutefois qu’elle devra probablement passer le témoin à des collègues l’an prochain. Mais, avant cela, Landry Pahud nourrit un petit espoir: «Comme c’est le diocèse qui hébergera le pape François lors de sa prochaine venue en Suisse, on se dit qu’il y a une chance qu’il goûte notre bière. Ce serait chouette de pouvoir annoncer «Habierus papam», non?»

www.eveque.beer

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.