Passer au contenu principal

Mis sur la sellette, des cadres de l’EVAM dénoncent leur direction

La nouvelle organisation de la structure d’accueil force une trentaine de collaborateurs à repostuler.

Image d'illustration.
Image d'illustration.
Patrick Martin - A

«On vous présente un jour un nouvel organigramme, parachuté d’on ne sait où, et vous découvrez que votre poste n’existe plus, résume un cadre de l’Établissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM). C’est un choc.»

Début juin, la structure annonçait dans un communiqué les contours de sa nouvelle organisation. Elle vise à améliorer «la coordination des acteurs intervenant dans les lieux de vie collective, en les regroupant sous une hiérarchie locale». De plus, l’établissement «simplifiera la prise de décision, en diminuant le nombre de niveaux hiérarchiques». Cette restructuration n’est assortie d’aucun objectif d’économie ou de diminution de postes et est neutre budgétairement, précisait-il encore. Cependant, certains de ses collaborateurs sont «durement» impactés par les changements progressivement mis en place depuis cet été, comme en témoignent aujour­d’hui une dizaine de cadres.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.