«Etre Miss Suisse, c’est un chapitre que j’ai refermé»

PeopleCinq ans après avoir été élue plus belle femme du pays, Whitney Toyloy a tourné la page et poursuit son cursus à l’Ecole hôtelière.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le 27 septembre 2008 à Lugano, la Saint-Galloise Amanda Ammann déposait une jolie couronne argentée sur la chevelure ébène de Whitney Toyloy. A peine âgée de 18 ans, la gymnasienne yverdonnoise devenait Miss Suisse. Jeudi après-midi, on l’a retrouvée à Epalinges, non loin du studio où elle vit, à quelques centaines de mètres de l’Ecole hôtelière, où elle est étudiante depuis deux ans. Les années ont beau avoir passé, la jeune femme rayonne autant et n’a rien perdu de la tchatche qui la caractérisait déjà à l’époque.

Votre sacre, c’était il y a exactement cinq ans, quel effet ça vous fait?
C’est marrant, mais je ne m’étais pas rendu compte que c’était cette semaine. Je n’ai pas l’impression que c’était hier, mais quand même, cinq ans: ça a filé, ça fait un peu peur… J’avais 18 ans et à ce rythme-là, je me dis que je vais bientôt arriver à 30!

Est-ce qu’on vous en parle encore souvent aujourd’hui?
Pas tant que ça, en fait. Et moi, je n’en parle jamais spontanément. Vous imagineriez que je me présente à des gens que je ne connais pas en disant: «Bonjour, Whitney, Miss Suisse 2008!» (Elle éclate de rire.) Mais si on aborde la question, je réponds volontiers.

Et des remarques désobligeantes, il y en a?
Pas vraiment non plus. Déjà, il faudrait que les gens me reconnaissent encore. Et puis, ils ont de toute manière une certaine retenue. Au Saint-Pierre, à Lausanne, où je travaille parallèlement à mes études, j’ai eu deux ou trois remarques s’étonnant qu’une Miss Suisse soit devenue serveuse, genre: «Tout ça pour ça?» Je leur réponds d’abord qu’il n’y a pas de demi-métier et qu’en plus, cela fait partie de mon cursus.

Vous semblez avoir totalement tourné la page?
Il a toujours été clair que c’était un chapitre de ma vie que je refermerais. J’ai décidé de ne pas continuer dans cette voie, parce que faire de la photo ou du mannequinat, c’est bien, mais arrivée à 30 ans, tu fais quoi?

Acceptez-vous tout de même des contrats ponctuels?
S’il me reste un peu de temps à côté de ma formation, j’accepte éventuellement un engagement. Là, je viens de signer un contrat avec La Halle aux Chaussures, parce qu’ils ont compris que je ne pouvais m’engager qu’à petite dose. Je suis étudiante avant tout.

Vous êtes à mi-parcours de votre cursus. Que ferez-vous après?
C’est la grande question depuis que j’ai 16 ans… L’année prochaine, je dois faire un stage de six mois. Il sera orienté dans un milieu qui rassemble la mode, le marketing et la communication. J’espère qu’il me permettra de me rendre compte que c’est bien ce que je veux faire. Mais je ne travaillerai pas dans le côté opérationnel de l’hôtellerie.

Il y a cinq ans, vous étiez très attachée à votre famille. C’est toujours le cas?
La famille, c’est tellement important. D’ailleurs, mon vrai but dans la vie, c’est d’en fonder une. Je sais que ça ne se commande pas, mais si je peux, ce sera avant mes 30 ans. Bref, oui, je reviens tous les dimanches soir à Yverdon, chez mes parents. L’école hôtelière est très exigeante. Donc j’ai besoin de me retrouver dans cette maison où je me sens bien, pour me ressourcer. Avec mes deux sœurs, on a du reste passé tout l’été là. Et puis, j’ai toujours les mêmes «vrais amis». On se voit encore, peut-être moins qu’avant, mais on reste en contact.

Et ça vous laisse un peu de temps pour un copain?
(Elle sourit.) Difficile de répondre: je suis célibataire depuis une année exactement. (24 heures)

Créé: 28.09.2013, 09h27

Articles en relation

Whitney Toyloy est célibataire

People L'ex-Miss Suisse a rompu avec Guillaume Katz, le joueur du Lausanne Sport qui partageait sa vie depuis plus d'une année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 24 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...