Passer au contenu principal

Le monde viticole cherche la recette de la transparence

A la suite des affaires qui ont ébranlé la confiance des consommateurs, les vignerons et les négociants doivent présenter leur position pour la fin de l’année

Pour savoir précisément ce qui se passe dans la cave en matière d'assemblages, une seule solution: parler avec le producteur.
Pour savoir précisément ce qui se passe dans la cave en matière d'assemblages, une seule solution: parler avec le producteur.
Gérald Bosshard

Il y a Saint-Saphorin et Saint-Saphorin. Et alors que le consommateur crie à la tromperie, c’est le Règlement des vins vaudois de 2009 (Voir l'infographie ici) qui autorise la nuance. Si chez certains petits producteurs, un Saint-Saphorin blanc contient 100% de raisin récolté sur le lieu de production mentionné, une bouteille portant la même mention achetée en grande surface peut tout d’abord contenir 10% de vin vaudois. Les 90% restant peuvent se composer de 40% de vin issu de l’AOC Lavaux et enfin de 60% de vin provenant du lieu de production. En résumé, le flacon peut, c’est le minimum légal, ne contenir que 54% de Saint-Saph !

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.