Passer au contenu principal

Quand la mort frappe à la naissance

Nathalie Bruggeman est sage-femme au CHUV à Lausanne. Elle explique comment elle fait face aux décès qui interviennent en salle d'accouchement, in utero ou durant les premiers instants de vie des nouveaux-nés.

«Le cri d'une femme qui perd son bébé ne ressemble à aucun autre.» Nathalie Bruggeman est sage-femme. «Le plus beau métier du monde», comme on lui dit souvent. «Bien sûr qu'on aide les femmes à mettre au monde leur enfant, concède-t-elle. Mais on est aussi là quand la mort frappe les nouveau-nés, dans leurs premiers instants de vie.» Témoignage.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.