Passer au contenu principal

Le No 2 de Jacqueline de Quattro sur la sellette

Nicolas Chervet, secrétaire général, a été condamné pour avoir menti sur son identité. Pressenti pour reprendre la tête de la police, il pourrait voir ses ambitions compromises.

En 2009, alors qu’il était remplaçant du commandant des gendarmes.
En 2009, alors qu’il était remplaçant du commandant des gendarmes.
FLORIAN CELLA

Il s’appelle Nicolas Chervet, son nom est moins connu que celui de Jacqueline de Quattro, mais il occupe à ses côtés une fonction capitale: celle de secrétaire général, soit de numéro deux, du Département du territoire et de l’environnement (DTE). Le quotidien gratuit «20 minutes» a publié une bombe le 4 octobre, en relatant la condamnation de ce «haut fonctionnaire» pour violation des obligations en cas d’accident: il a menti après un accrochage en voiture. Le procureur général Éric Cottier lui a infligé une amende de 2000 francs et a mis les frais de 950 francs à sa charge. Contacté, le secrétaire général précise qu’il s’agit d’une contravention sans inscription au casier judiciaire, et non d’un délit (voir ci-contre).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.